ITALIE

Laver les vêtements : un travail réservé aux femmes ?

Publicité

Photo de l'étiquette controversée, publiée par Federica Mazzoni sur son compte Facebook.

"Lavage à l’eau froide", "Repasser à température faible"… et "Donne-le à ta mère, c’est son travail". La semaine dernière, la politicienne italienne Federica Mazzoni a trouvé cette phrase sur l’étiquette d’un vêtement de son fils, de la marque Shoeshine, à la suite d’instructions de lavage classiques. Un message sexiste selon elle, insultant à la fois pour les femmes et les hommes.

"Faire une machine à laver n’est pas le travail de la mère, les pères sont également capables de tourner un simple bouton", a-t-elle écrit sur son compte Facebook, où elle a publié une photo de l’étiquette controversée. "C’est comme si le travail des mères consistait uniquement à laver des vêtements, à rester à la maison", et que les hommes "n’étaient pas en mesure de faire une simple machine à laver", a-t-elle ajouté.

Nombre d’internautes ont également exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux, certains appelant même à boycotter la marque de vêtements italienne.

Federica Mazzoni, qui travaille au sein de la commission pour l’égalité de l’Assemblée législative de la région Émilie-Romagne, a indiqué avoir porté plainte auprès de l’Institut en charge du contrôle de la publicité en Italie.

De son côté, Unipersonale, l’entreprise qui distribue les vêtements de la marque Shoeshine, a rejeté toute accusation de sexisme. Il s’agirait d’une "simple blague destinée aux adolescents", qui constituent leur cible, selon un porte-parole de la compagnie.

Ces dernières années, d’autres marques ont également été critiquées pour des messages retrouvés sur des étiquettes de vêtements. En 2012, la marque britannique Madhouse avait ainsi écrit sur les étiquettes de certains jeans, sous les instructions de lavage : "Donne-le à ta femme, c’est son travail."