SYRIE

Comment des jihadistes de l’EI ont mis la main sur les aides de l’ONU

Des rations du programme alimentaire mondial (PAM) distribuées avec le logo de l’organisation de l’État islamique en Syrie : les photos ont fait le tour des réseaux sociaux cette semaine et suscité l’inquiétude de l’organisation onusienne. Un incident qui n’est sûrement pas un cas isolé ; les denrées du PAM sont distribuées depuis plusieurs mois dans des zones contrôlées par l'EI.

Publicité

L'une des photos postées par l'organisation de l'État islamique sur les réseaux sociaux. On peut apercevoir un bout du logo du PAM sour l'affiche du groupe jihadiste.

Des rations du programme alimentaire mondial (PAM) distribuées avec le logo de l’organisation de l’État islamique en Syrie : les photos ont fait le tour des réseaux sociaux cette semaine et suscité l’inquiétude de l’organisation onusienne. Nos Observateurs sur place nous expliquent que cet incident n’est sûrement pas un cas isolé ; les denrées du PAM sont distribuées depuis plusieurs mois dans des zones contrôlées par l'EI. Témoignage à Raqqa.

Sur les images postées sur les réseaux sociaux par l’EI apparaît l’inscription de l’organisation jihadiste recouvrant un logo de l’organisation onusienne. L’EI a indiqué que ces photos avaient été prises dans la localité de Dayr Hafir à une cinquantaine de kilomètres d'Alep.

Sur cette photo postée mardi 3 février, les logos du PAM recouvert d'affiches du groupe jihadiste.  

Le PAM, qui dénonce une "manipulation de l'aide alimentaire", a indiqué avoir fait parvenir près de 1 700 rations alimentaires le 5 août dernier dans cette région. Il affirme que l’EI s'était emparé un mois plus tard des entrepôts du Croissant-Rouge syrien, son partenaire local chargé de distribuer l'aide à Dayr Hafir. Selon l’organisation onusienne, les aides détournées par l’EI pourraient donc bien provenir de ce stock.

La porte-parole du PAM pour le Moyen-Orient, Joelle Eid, a indiqué à France 24 que son organisation ne distribuait pas d’aide dans les zones contrôlées par l’EI. Toutefois, cette agence onusienne fournit des denrées alimentaires à son partenaire, le Croissant-Rouge syrien, qui lui, opère dans ces régions administrées par les jihadistes.

Le Croissant-Rouge syrien, souvent accusé de proximité avec le régime, a distribué pendant plusieurs mois des aides du PAM  à Raqqa, ville sous contrôle de l’EI depuis juin 2013. Il a également été actif dans la ville voisine de Tel Abyad, qui est devenue le QG de l’organisation jihadiste depuis le début des frappes oocidentales sur Raqqa en juillet 2014.

L’organisation jihadiste s’est emparée des locaux de le Croissant-Rouge le 19 janvier, chassant même ses employés des deux villes.

Nous avons essayé à plusieurs reprises de joindre l’organisation pour en savoir davantage sur ses conditions de travail dans les zones gérées par l’EI, sans succès.

"A Raqqa, le Croissant-Rouge a pu distribuer des aides pendant un an, mais l'EI vient de le chasser de la ville"

Abou Warid al-Raqqawi est membre de la campagne "Raqqa est massacrée en silence".

L’organisation s’est emparée des dépôts et des bureaux du Croissant-Rouge à Raqqa et confisqué tout son matériel. J’ignore pourquoi ce changement, toutefois j’ai appris qu’un nouvel ‘émir’ a été récemment désigné à la tête du bureau humanitaire de l’EI qui chapeaute le travail des travailleurs humanitaires dans les zones sous son contrôle.

Une cargaison du PAM à Tel Abyad, quartier général de l’organisation. Photo postée le 4 décembre sur la page Facebook du Croissant-Rouge syrien.

L’EI a laissé le Croissant-Rouge travailler dans la ville pendant un an, car le travail humanitaire leur était utile. Cela aide l’organisation à gagner la sympathie des habitants.

Les employées ne se mêlaient jamais des affaires de l’organisation et se conformaient strictement aux règlements de l’EI. Par exemple, il n’y avait jamais de filles parmi eux et ils évitaient aussi la cigarette.

Le Croissant-Rouge syrien distribuant des denrées alimentaires à Raqqa, en août 2014.

Le Croissant-Rouge aidait à la distribution des vivres et à soigner les blessés. Il distribuait aussi des denrées du PAM, mais en quantité limitée.

File d'attente d'un bureau du Croissant-Rouge à Raqqa. Photo postée le 05 août 2014 sur la page Facebook de l'ONG.

Ses employés essayaient aussi d'organiser des animations pour les enfants refugiés dans les écoles, installaient des citernes d’eau, faisaient divers travaux d’entretien. Ils ont même lancé des campagnes de don de sang pour soigner les enfants atteints d'anémie qui sont nombreux ici…

Le fait qu’ils aient été chassés de Raqqa peut être lié à la parution des photos de la distribution d’aliments à Dayr Hafir. Apparemment, l’organisation veut désormais faire distribuer l’aide humanitaire par des gens qui lui sont proches et peuvent servir sa propagande.

Un rapport publié en décembre par Overseas Development Institute confirme que les ONG internationales, y compris l’ONU, collaborent avec des ONG locales pour délivrer l’aide humanitaire aux populations présentes dans les zones sous contrôle de l’EI en Syrie et en Irak. "Les grandes ONG internationales travaillent avec des individus qui ont de bonnes relations avec l’EI et qui jouent le rôle de médiateurs pour l’acheminement des aides (…) Celles-ci sont souvent livrées dans des sacs noir, ne contenant pas de logos", ajoute l’étude.