INDE

Vidéo : une Indienne victime d’une attaque à l'acide

3 mn

Les attaques acides ont beau être un fléau en Inde, il est très rare qu’elles soient capturées en images. Cette vidéo de caméra surveillance a donc provoqué une onde de choc sur les réseaux sociaux. On y voit deux hommes à moto jeter de l’acide sur une femme à scooter.

Publicité

Les attaques à l'acide ont beau être un fléau en Inde, il est très rare qu’elles soient capturées en images. Cette vidéo de caméra surveillance a donc provoqué une onde de choc sur les réseaux sociaux. On y voit deux hommes à moto jeter de l’acide sur une femme à scooter.

 

L’image est pixellisée mais suffit pour que l’on comprenne la violence de la scène. La conductrice, une gynécologue qui se rendait sur son lieu de travail selon les médias locaux, est dépassée par la droite par une moto. Le passager du véhicule, le visage dissimulé sous une capuche, lui jette le liquide à la figure avant que le conducteur ne prenne la fuite. L’acide brûlera la moitié du visage de la jeune femme. C’est la seconde attaque du genre en une dizaine de jours dans la capitale indienne.

 

Vidéo postée sur Facebook ici.

 

La scène a eu lieu le 23 décembre au marché de Rajouri Garden, une zone fréquentée de  New Delhi. Dans sa déposition à la police, la femme a affirmé ne pas connaître l’identité de ses assaillants ni suspecter qui que ce soit.

 

Actuellement, les attaques à l’acide sont passibles d’au moins 10 ans de prison.  Les victimes doivent par ailleurs faire l’objet d’une compensation financière d’au total 30 000 roupies, soit 4 750 euros.

 

En Inde, les attaques à l’acide visent les femmes et sont le plus souvent des actes de vengeance liés à des conflits autour de dots ou de terrains. Dans certains cas, des femmes ont été attaquées simplement parce qu’elles avaient éconduit un prétendant.

 

Entre 2010 et 2012, 225 cas d’attaques aux produits chimiques ont été répertoriés en Inde. Un chiffre qui est en augmentation ces dernières années, si bien que la Cour suprême a imposé en juillet une réglementation plus stricte concernant la vente de ces produits. Elle demande notamment aux acheteurs de déclarer leur identité ainsi que de préciser les raisons de leur achat. Mais cette loi est loin d’être suffisante expliquent les internautes indiens, qui demandent, pour certains, l’interdiction totale de la vente de ces produits dans les commerces.