ARABIE SAOUDITE

L'Arabie saoudite, un pays riche mais sans plaques d'égout...

Si vous visitez l’Arabie saoudite, gardez un œil sur le sol ! Car dans les rues, il n’est pas rare de croiser des bouches d’égout à ciel ouvert. Les Saoudiens les appellent les "trous de la mort", car ils ont récemment provoqué plusieurs accidents mortels.

Publicité

Une bouche dégout couverte avec des chaises. Photo postée sur Twitter.

Si vous visitez l’Arabie saoudite, gardez un œil sur le sol ! Car dans les rues, il n’est pas rare de croiser des bouches d’égout à ciel ouvert. Les Saoudiens les appellent les "trous de la mort", car ils ont récemment provoqué plusieurs accidents mortels. 

Pour prévenir ces chutes, des activistes ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux appelant des volontaires à installer des panneaux d’avertissement devant les cavités.

La campagne "Ensemble pour fermer les trous de la mort" vise aussi à interpeller les autorités et les presser à réagir. Au cours du seul mois de novembre, trois personnes sont décédées dans des accidents de bouches d’égout.

Il y a quelques jours, Abdallah al-Zahrani, un adolescent, est décédé après une chute à proximité de son lycée dans la ville de Djeddah. Son père a posté sur son compte Twitter des photos montrant le couvercle de l’égout complètement rongé par la rouille.

Photo de la plaque d'égout qui a causé la mort du jeune Abdallah al-Zahrani à Djeddah.

Au mois d’octobre, un homme et son fils de cinq ans sont morts dans un accident similaire dans un jardin public. Un témoin fait un récit poignant dans un journal local. "Quand l’enfant est tombé dans la bouche d’égout qui n’avait pas de plaque, son père a accouru pour le sauver. Il est descendu derrière lui et a pu attraper sa main. Mais elle lui a échappé parce que tout glissait. Le père s’est blessé à la tête et est tombé à son tour. Il est décédé environ deux minutes après qu’un jeune l’a sorti du trou".

Une fillette devant une bouche d'égout ouverte. Photo postée sur Twitter.

Des citoyens ont fermé cette bouche d’égout à l’aide d’un caddy, dans la ville de Riyad.

Dessin illustrant les dangers des égouts à ciel ouvert.

"Il existe un trafic de plaques d’égouts un peu partout dans le pays"

Notre Observateur Mohammed Alsaeedi nous a indiqué que le vol de plaques d’égouts était un phénomène assez répandu en Arabie Saoudite.

Il existe un trafic de plaques d’égouts un peu partout dans le pays. Des gens qui manquent de moyens les récupérèrent et les revendent aux commerces spécialisés dans le recyclage qui les revendent à leur tour aux usines de recyclage de l’acier. Cette activité touche en fait à peu près tous les matériaux. Certains ramassent les canettes de sodas pour les vendre à des usines de recyclage d’aluminium, d’autres volent du cuivre. La différence, c’est que le vol de plaques d’égouts est beaucoup plus dangereux car il peut coûter la vie. Ce phénomène était encore plus répandu il y a cinq ans. Il y avait des morts tous les jours. Le problème, c’est que les autorités n’essaient ni d’éradiquer ce trafic ni de sanctionner les auteurs.

Un citoyen a posté des photos d’une bouche d’égout mal fermée à proximité d’une mosquée dans la ville de Haʾil, dans le nord de l’Arabie saoudite. Traduction : "Attendez-vous à une nouvelle tragédie, à cause de la négligence. […] Ce trou est fermé avec une planche en bois, dans l’attente d’avaler un enfant."