BRESIL

Les favelas contre le Mondial - PROMESSES NON TENUES

Avant la Coupe du monde de football en juillet 2014, nous nous étions rendus dans certaines favelas de Rio de Janeiro où plusieurs habitants étaient victimes d’expulsion et de réquisition de leur domicile en vue de nouveaux aménagements prévus pour les festivités. La compétition est maintenant terminée, mais la mobilisation de notre Observatrice Jane Nascimiento et de son collectif de la Vila Autodromo ne faiblit pas.

Publicité

Nous avons lancé l’an dernier une émission, la Ligne directe des Observateurs, pour donner la possibilité aux téléspectateurs de France 24 de nous alerter sur une injustice dont ils sont victimes, eux ou certains membres de leur communauté. Nos journalistes se sont rendus dans 13 pays pour y enquêter, avec nos Observateurs, sur des problèmes très variés : esclavagisme moderne au Liban, désastre écologique en Guinée, conditions de travail au Cambodge, etc. Nous avons ensuite tenté de faire réagir les autorités locales sur les conclusions de notre enquête et sur les requêtes exprimées par nos Observateurs. Un an plus tard, nous avons demandé à nos Observateurs ce qui avait changé - ou non - après notre passage chez eux.

PROMESSES NON TENUES : "Les autorités continuent à nous déloger en vue des Jeux olympiques"

Avant la Coupe du monde de football en juillet 2014, nous nous étions rendus dans certaines favelas de Rio de Janeiro, où plusieurs habitants étaient expulsés. Leur domicile était réquisitionné en vue de nouveaux aménagements prévus pour les festivités. La compétition est maintenant terminée, mais la mobilisation de notre Observatrice Jane Nascimiento et de son collectif de la Vila Autodromo ne faiblit pas.

 

La fin de la Coupe du monde n’a pas coïncidé avec la fin du harcèlement, tout simplement car les autorités continuent les travaux en vue des Jeux Olympiques de 2016 : elles continuent de mépriser les habitants de la Villa Autodromo et d’engager des travaux sans nous en informer. Nous effectuons quotidiennement des blocages et manifestons pour demander l’urbanisation de la favela. Nous nous opposons à tout projet qui vise à construire de nouveaux bâtiments au détriment de la qualité de vie des habitants de la favela, comme par exemple, très récemment, la destruction des aires de jeu pour les enfants .