BURKINA FASO

Dix photos d'#Obs pour raconter une journée de révolte

Le Burkina Faso a connu une journée de révolte populaire jeudi 30 octobre. Plus d’un million de personnes a travers le pays a réclamé le retrait d’un projet de modification de la Constitution qui aurait permis au président, Blaise Compaoré, de briguer un mandat supplémentaire. Vous avez été nombreux à nous envoyer vos images.

Publicité

Photo : Cendrine Nama

Le Burkina Faso a connu une journée de soulèvement populaire jeudi 30 octobre. Plus d’un million de personnes à travers le pays ont réclamé le retrait d’un projet de modification de la Constitution qui aurait permis au président, Blaise Compaoré, de briguer un mandat supplémentaire. Vous avez été nombreux à nous envoyer vos images.  Retour sur cette journée de mobilisation historique.

C’est une foule très impressionnante, à pied ou à moto, qui a envahi les rues de Ouagadougou jeudi matin. Les manifestants sont restés calmes entre 8 et 9 heures scandant des slogans pour la démission de Blaise Compaoré.

Photo Alfred Dah.

Les manifestants s’en sont pris à plusieurs bâtiments publics et privés, ici un hôtel particulier appartenant à François Compaoré, le frère du président

Photo envoyée par "Woody Maz".

Plusieurs domiciles personnels, identifiés comme ceux de proches du président burkinabè, ont été saccagés  à Ouagadougou.

Photo Alfred Dah.

Les manifestations ont donné lieu à des pillages, certains n’hésitant pas à utiliser tous les moyens pour emporter ce qui les intéressait.

Photo Alfred Dah.

Certains ont même réussi à récupérer des objets insolites comme ce bouclier de police qu’ils arborent fièrement. Les forces de l’ordre burkinabè ont été dépassées hier par les manifestants. Certains officiers de police et des militaires auraient rejoint la mobilisation.

Photo postée par Cendrine Nama sur Facebook.

Un artiste-réalisateur a publié un montage demandant aux manifestants d’arrêter ces pillages à tout va. Dans sa vidéo, on peut voir des Ouagalais se baigner dans la piscine de l’hôtel Azalaï après son saccage.

Capture d'écran de la vidéo postée par Souleymane Ouedraogo.

Au milieu des scènes de pillages et des chants, certains ont capturé des instants surréalistes, comme l'image de ce touriste en tricycle qui observe ce qu’il se passe.

Photo envoyée par Alfred Dah.

Sur certains axes, la situation était très tendue. Près du palais présidentiel, à Kosyam, manifestants et gardes personnels du président se sont faits face pendant de longues minutes avant que les manifestants ne se dispersent.

Capture d'écran de la vidéo du Balai citoyen filmée par Souleymane Ouedraogo.

Des sources médicales de Ouagadougou ont déclaré que les affrontements ont fait une trentaine de morts et une centaine de blessés. Sur la photo ci-dessous, un corps git à terre. Selon l'un de nos Observateurs, il fait partie des manifestants qui se sont faits tirer dessus. Une information non confirmée de source indépendante. L'équipe des Observateurs a documenté hier un autre cas présumé de mort par balle.

Photo postée par Alino Faso sur Facebook et floutée par France 24.

À Bobo Dioulasso, deuxième ville du pays, ce sont les mêmes scènes auxquelles nos Observateurs ont assisté : plusieurs bâtiments officiels et domiciles de proches de Blaise Compaoré ont été attaqués.

Photo envoyée par notre Obs Abdou "Man News"

Plusieurs véhicules appartenant à des sympathisants du parti présidentiel ont été également calcinés.