IRAN

Le "portrait robot" de l’agresseur à l’acide… est une photo récupérée sur le Net

L’image de cet homme a été largement relayée mercredi sur plusieurs sites d’informations iraniens. Présenté comme un "portrait-robot "de l’agresseur à l’acide d’Ispahan, il s’agit en réalité d’une photo récupérée sur Internet.

Publicité

L’image de cet homme a été largement relayée mercredi sur plusieurs sites d’information iraniens. Présenté comme un "portrait-robot" de l’agresseur à l’acide d’Ispahan, il s’agit en réalité d’une photo récupérée sur Internet.

Plusieurs sites Internet, dont Mehr News, une agence de presse officielle iranienne, a diffusé mercredi matin l’image de cet homme, la présentant comme le portrait-robot de celui qui aurait agressé à l'acide quatre femmes la semaine dernière à Ispahan.

Article publié sur le site de l'agence Mehr News désignant cette photo comme le "portrait-robot" de l'agresseur à l'acide d'Ispahan.

Dans un autre article publié quelques heures auparavant, l’agence cite le chef de la police d’Ispahan : ce dernier parle d’un portrait-robot reconstitué à partir de témoignages de victimes d’agression à l’acide à Ispahan. Il explique qu’il s’agit d’une "piste possible "et que la police est en train d’enquêter. À ce stade, rien ne permet pour autant d’affirmer que le portrait-robot diffusé par Mehr News leur a été transmis par la police.

Mais les internautes s’interrogent sur les réseaux sociaux concernant cette image : beaucoup affirment qu’il ne s’agit pas d’un "portrait-robot" mais plutôt d’une photo. D’autres n’hésitent pas à dire que le gouvernement tente de faire porter le chapeau à un individu ayant "un style occidental" afin d’éloigner les soupçons qui pèsent sur une attaque perpétrée par des islamistes conservateurs.

La photo est celle d’un membre iranien de Standard and Poor’s à Londres

Après quelques heures, des internautes tombent sur la photo originale : celle-ci a été publiée la semaine dernière, en couleur, sur Jam-e-jam, le site d’une chaine de télévision publique iranienne conservatrice. L’homme est en réalité Ali Jalali, un membre du comité d’administration de Standard & Poors à Londres, qui a par ailleurs une entreprise en Iran.

L'article avec la photo originale de Ali Jalali publié sur le site de Jam-e-jam.

Mercredi dans l’après-midi, l’article est modifié sur le site de Mehr News en reprenant mot pour mot l’interview d’Ali Jalali diffusé sur Jam-e-jam, probablement une tentative de l’agence de presse de dissimuler son erreur. Sur ce nouvel article, la même photo est postée mais dans un cadre plus grand. On s’aperçoit alors que l’image est issue d’un fax envoyée la veille, mardi soir, à 23 h 07 à l’agence par une compagnie informatique. Les Observateurs de France 24 ont réussi à faire une copie de ce fax avant que celui-ci soit retiré du site, quelques heures après.

Pendant quelques heures, le site a diffusé une image montrant la photo du "portrait-robot" envoyée par fax.

À l’heure actuelle, la photo illustrant l’article n’est autre que la photo originale de Ali Jalali publié sur Jam-e-jam. Mehr News a diffusé un mea culpa sur son site pour s’excuser d’avoir diffusé une "mauvaise photo ".

France 24 a pris contact avec Ali Jalali et publiera sa réaction si elle nous parvient.