ESPAGNE

Des migrants, la police et … des golfeurs : ceci n’est pas un photomontage

Au premier plan, deux personnes qui jouent tranquillement au golf. Quelques mètres derrière, des migrants qui escaladent une gigantesque barrière pour tenter d’échapper aux policiers. La photo prise mercredi et diffusée par l’association Prodein de Melilla, enclave espagnole au Maroc, a provoqué l’incrédulité de beaucoup d’internautes.

Publicité

La photo, publiée mercredi sur Twitter par José Palazon de l'association Prodein à Melilla, a suscité l'interrogation sur les réseaux sociaux.

Au premier plan, deux personnes qui jouent tranquillement au golf. Quelques mètres derrière, des migrants qui escaladent une gigantesque barrière pour tenter d’échapper aux policiers.

La photo prise mercredi et diffusée sur Twitter par l’association Prodein de Melilla, enclave espagnole au Maroc, a provoqué l’incrédulité de beaucoup d’internautes. Mais la scène est bien réelle…

Exemples de réactions sur Twitter. Le premier demande s'il est possible d'avoir d'autres photos d'un autre angle pour vérifier l'authenticité de l'image. Le second s'interroge sur l'existence d'un golf à côté de la frontière. Le troisième explique que la photo semble être un photomontage et demande confirmation.

La photo a été prise en début d’après-midi le 22 octobre près du golf de Melilla. L’angle de vue laisse penser que le terrain de golf est directement collé à la barrière, mais en réalité, une centaine de mètres et une route séparent le terrain des barrières.

Carte de l'endroit exact où la photo a été prise selon notre Observateur.

"Il ne faut pas en conclure que les habitants de Melilla se fichent du sort des migrants"

Robert Bonet, photojournaliste freelance, connaît bien l’endroit. Il a récemment témoigné pour le site des Observateurs de violences policières à proximité de l’aéroport de Melilla.

Si la photo a surpris, c’est qu’elle met bien en relief les contrastes qui peuvent exister entre la porte d’une Europe riche, de loisirs et des personnes sans ressources prêtes à tout pour la rejoindre. Si elle est représentative d’une situation extrême, il ne faut pas en conclure que les habitants de Melilla se fichent du sort des migrants : tous les jours, je rencontre des personnes très solidaires qui tentent de les aider. Avoir des loisirs et se sentir concerné par cette situation ne sont pas deux choses incompatibles.

L’auteur de la photo, le directeur de Prodein, José Palazon, a expliqué au quotidien espagnol "El Pais" être "surpris" que son cliché ait été relayé plus de 200 fois sur Twitter. Pour lui, sa photo symbolise la "différence Nord-Sud, les inégalités et la ‘violence’ que nous vivons tous".

Mercredi, la police de Melilla a annoncé que 400 personnes ont tenté de franchir la triple clôture séparant le Maroc de la ville espagnole.