HONG KONG

Hong Kong et la désobéissance civilisée

Ils ont beau être des dizaines de milliers à participer à ce mouvement de protestation sans précédent, les Hongkongais d’Occupy Central font preuve d’un calme olympien et d’une organisation à toute épreuve. Face aux gaz lacrymogènes de la police, les manifestants répondent par des messages pacifistes. Et après chaque rassemblement, c’est le grand nettoyage.

Publicité

Photo publiée sur Twitter par YourAnonGlobal.

Ils ont beau être des dizaines de milliers à participer à ce mouvement de protestation sans précédent, les Hongkongais d’Occupy Central font preuve d’un calme olympien et d’une organisation à toute épreuve. Face aux gaz lacrymogènes de la police, les manifestants répondent par des messages pacifistes. Et après chaque rassemblement, c’est le grand nettoyage.

 

Principalement constitué d’étudiants, le mouvement exige que Pékin revienne sur sa décision de choisir les candidats à l’élection de 2017 et demande la démission de Leung Chun-ying, actuel chef de l’exécutif de Hong Kong considéré comme trop proche des autorités communistes chinoises. Sans contrepartie, ce dernier a appelé à la fin de la protestation qui bloque depuis maintenant trois jours le centre financier et plusieurs quartiers stratégiques de la ville. Les manifestants n’ont, quant à eux, aucune intention de quitter les lieux tant que leurs revendications ne seront pas entendues et continuent de monter des barricades et de se ravitailler pour tenir leur position.  

Non ce n’est pas une veillée à la bougie, il s’agit de milliers de téléphones portables.

Après une vaine tentative de déloger les protestataires, dimanche, en les attaquant avec du gaz poivre, la police a mis de l’eau dans son vin. Ce à quoi les manifestants ont été reconnaissants, multipliant les pancartes remerciant les forces de l’ordre pour leur retenue. Les sites occupés sont par ailleurs régulièrement nettoyés et un système de recyclage de bouteilles de plastique a même été mis en place.

Photo publiée sur Twitter par YourAnonGlobal.  À droite, il est écrit "Désolée pour le dérangement, battons nous pour la démocratie"

"Si les choses tournent au chaos, ça donnera aux autorités une excuse pour utiliser la violence"

Gordon Lam manifeste depuis le premier jour. Il étudie le management hôtelier.

 

 

Je ne rentre chez moi que rapidement pour me reposer. C’est important de rester dehors en nombre. Et tout en occupant la rue, je propose aussi mes services, par exemple en ramassant les ordures.

 

J’essaie aussi de calmer les personnes agressives. Elles ne sont pour l’instant pas nombreuses, peut-être une sur cent, mais on doit être vigilant pour éviter d’envenimer la situation. Des rumeurs disent que nous sommes infiltrés par des agitateurs envoyés par le gouvernement, mais c’est très difficile à dire. Quand quelqu’un se met à crier sur la police ou essaie de renverser une barricade, nous essayons de discuter calmement. Quand il voit qu’on est plus nombreux, il laisse tomber. Nous alertons aussi les organisateurs pour qu’ils lancent des appels au calme au micro. Mais je reste inquiet car les agitateurs sont de plus en plus nombreux. Je ne veux pas que les choses tournent au chaos. Ça donnerait aux autorités une excuse pour utiliser la violence.

"Merci la police ! Maintenant prenez des vacances". Publiée sur Twitter by Freakingcat

Quand les équipes de police sont relevées, nous applaudissons et les remercions pour leur calme. On sait qu’ils travaillent beaucoup et qu’ils sont probablement épuisés. On sait aussi que ce ne sont pas nos ennemis, qu’ils ne font que suivre les ordres. Et on les encourage à nous protéger nous, pas ceux qui sont au pouvoir.

 

Et même quand les choses ont mal tourné, les manifestants ont gardé un sens civique. Lors de la débandade de dimanche, en plein nuage de gaz poivre, tout le monde s’est passé le mot de ne pas courir trop vite pour ne heurter personne. Il y a un vrai sens de la solidarité.

Les manifestants ont beau être très nombreux, aucun ne se permet de piétiner le gazon anglais du centre ville.Postée sur Twitter par Violeta Camarasa.

 

“C’est dans notre mentalité d’être civique et respectueux”

Tobey Wai est diplômé d’une école de traduction.

 

Je viens ici pour aider. Je fais surtout du transport de nourriture et d’équipements d’un site à l’autre. C’est important car les manifestants ont besoin de matériels pour se protéger contre les gaz envoyés par la police. On distribue des masques et des kits d’urgence médicale, mais aussi des imperméables et des parapluies. Et on a déjà fait passer des tonnes de dons en nourriture et eau.

 

La police nous a plusieurs fois bloqués mais après un dialogue apaisé, ils nous ont ouvert la voie. Le sit-in que nous avons du mal à atteindre est juste à côté du siège du gouvernement et la police est là en nombre. Les journalistes ont plus de faciliter à passer donc on leur demande de l’aide.

 

Pour garder de bonnes relations avec la police, les manifestants leur proposent de la nourriture et de l’eau. Je pense que c’est dans notre mentalité d’être civique et respectueux. Mais je pense aussi que les organisateurs y sont pour beaucoup.

 

“Entendez-vous le peuple chanter ?” Photo publiée sur Twitter par Occupy Central.

 

Un concert classique pendant les manifestations. Anna Cummings/TimeOut.

Nettoyage des rues mardi. Publiée sur Twitter par Freakingcat

Distribution d'eau. Publiée sur Twitter par Freakingcat

Station de recyclage. Publiée sur Twitter par Freakingcat