UKRAINE

Mariupol dans la psychose de l’arrivée des blindés russes

À Mariupol, une ville du sud-est de l’Ukraine actuellement sous contrôle des forces ukrainiennes, de longues files d’attente de voitures se sont formées devant les stations-services. Notre Observateur sur place explique que les habitants, abreuvés de rumeurs depuis des semaines, vivent dans la crainte d’un déchaînement de violences.

Publicité

Embouteillages monstres devant les stations-services de mariupol, lundi 25 août. Capture d'écran d'une vidéo postée sur YouTube.

À Mariupol, une ville du sud-est de l’Ukraine actuellement sous contrôle des forces ukrainiennes, de longues files d’attente de voitures se sont formées devant les stations-services. Notre Observateur sur place explique que les habitants, abreuvés de rumeurs depuis des semaines, vivent dans la crainte d’un déchaînement de violences. 

Énormes embouteillages devant les stations-services de Mariupol, lundi 25 août. Vidéo postée sur YouTube via VK.com.

Vidéo postée sur YouTube via VK.com.

"Mariupol bruisse de rumeurs selon lesquelles les pro-russes vont de nouveau attaquer"

Tom est étudiant à Mariupol.

Hier [lundi], toutes les stations-services de la ville ont été prises d’assaut par les automobilistes. Les files d’attente s’étalaient parfois sur plusieurs centaines de mètres. Mais aujourd’hui, la situation est redevenue normale [une information confirmée par deux autres habitants interrogés sur place].

Mariupol, comme toutes les autres villes de l’est de l’Ukraine, bruisse de rumeurs selon lesquelles les pro-russes vont de nouveau attaquer. Ce mois-ci, à la télévision et sur les réseaux sociaux, les séparatistes ont annoncé un raid sur la ville à au moins trois reprises. La menace la plus récente date du 24 août, ce qui est loin d'être anodin car c'est le jour de la fête nationale en Ukraine. Dans cette guerre de l’information, il est très difficile de démêler le vrai du faux. D’après les informations diffusées par Kiev, les pro-russes auraient l’intention de reprendre le contrôle de la ville et cela pourrait déboucher sur de nouveaux affrontements. Les gens ont donc pris peur et ont décidé de se ravitailler en essence pour pouvoir partir sur le champ si la ville devait à nouveau s’embraser.

Les autorités ukrainiennes ont affirmé, lundi, que leurs forces avaient repoussé une colonne de dix chars et deux véhicules blindés de transport de troupes arborant des drapeaux séparatistes qui se dirigeaient vers la ville côtière de Mariupol, après avoir franchi la frontière depuis la Russie. Une information qui a catégoriquement été démentie par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Mariupol est une grande ville portuaire, de près de 500 000 habitants, située au bord de la mer d'Azov. Le 13 juin dernier, les forces ukrainiennes sont parvenues à en reprendre le contrôle, chassant les séparatistes pro-russes qui s'étaient emparés de l'Hôtel-de-ville deux mois plus tôt.

Kiev a, ces derniers mois, dénoncé à de multiples reprises des incursions sur son territoire par des unités militaires russes et le bombardement de ses forces à partir du territoire russe, accusant également Moscou de fournir armes et combattants aux insurgés pro-russes, ce que la Russie a toujours infirmé.