GUINÉE

Coup de gueule de notre Observateur : "Pourquoi ne pas tester le sérum contre Ebola sur les Africains ?"

.
.
Publicité

La décision d'utiliser un médicament expérimental pour soigner deux Américains infectés par le virus Ebola, tandis que près d'un millier d'Africains ont déjà succombé à l'épidémie, suscite la colère de notre Observateur dont le pays, la Guinée, est l’un des plus touchés par la maladie.

À l'heure actuelle, il n'existe aucun traitement ni vaccin validé contre Ebola. Mais deux Américains infectés par le virus lors d'une mission humanitaire au Liberia se sont vu proposés un "sérum secret ", baptisé ZMapp, un médicament expérimental. C’est Mapp Biopharmaceutical, une entreprise californienne, qui l'a mis au point en le testant sur des souris. Sur l'un des deux patients, le traitement aurait eu un effet spectaculaire puisque son état se serait amélioré seulement une heure après la prise du sérum. Depuis, il a été rapatrié aux États-Unis et a été pris en charge par une unité spécialisée en maladies infectieuses. Ces derniers jours, son état semblait satisfaisant et il a même pu marcher.

Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés. Il provoque une fièvre caractérisée par des hémorragies, vomissements et diarrhées. Son taux de mortalité varie de 25 à 90 %.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l'actuelle épidémie d'Ebola est de loin la plus grave de l'histoire de cette fièvre hémorragique depuis son apparition en 1976.

"Cette maladie fait des ravages en Afrique de l’ouest, pourquoi le sérum n’a pas été testé sur la population ?"

Fode Sanikayi Kouyaté est blogueur à Conakry, en Guinée.

Vidéo postée sur YouTube par les Observateurs de FRANCE 24.