Burkina Faso

Deux jeunes qui s’y connaissent en galette et mieux que les Burkinabaises !

Publicité

Deux jeunes ivoiriens installés au Burkina-Faso n’ont pas hésité à se lancer dans un travail habituellement réservé aux femmes : cuisiner et vendre des galettes dans la rue. Les stands de vente et de cuisson des galettes "n’gnonmi", un mélange de riz et de banane, étant habituellement tenus par des femmes, Aboubacar Ouédraogo et Stéphane Mohamed Yao font figure d’attraction au carrefour de Sya où ils se sont installés.

Une scène inhabituelle au Burkina Faso où deux hommes préparent des galettes traditionnelles.

Les deux jeunes hommes disent être fiers de ce qu’ils font et n’ont pas peur des moqueries. Même s’ils ne comptent pas faire de cette activité leur métier, les deux jeunes veulent prouver que le travail n’est pas une histoire de genre. Aboubacar et Stéphane ont conscience de la portée de leur geste. Ils ont expliqué à notre Observatrice Bassératou Kindo vouloir ainsi aider leur mère mais aussi montrer que la femme peut exercer une activité d'homme, comme l'inverse.

Bassératou raconte régulièrement sur son blog ce genre d’histoires pour lutter contre les préjugés dans son pays. En septembre elle nous avait expliqué comment deux hommes de sa ville avaient appris à piler l’igname, autre activité normalement réservée aux femmes.