Masih a répondu à la diffamation par cette vidéo. 
 
Il y a quelques semaines, Masih Alinejad, journaliste iranienne installée à Londres, postait une photo d’elle, sans voile, sur sa page Facebook. Une initiative qui a fait souffler un véritable vent de liberté dans les cheveux de centaines de femmes de la République islamique, mais qui lui vaut aussi d’être menacée de mort et de devenir la cible des pires rumeurs relayées par des télévisons d’État.
 
Les médias n’y vont pas de main morte. À en croire par exemple le journaliste de cette chaîne nationale iranienne, Masih Alinejad serait accro à la drogue. Il continue son commentaire en affirmant qu’elle se serait dénudée dans le métro de Londres, aurait été violée par trois malfrats et que son fils serait gravement atteint psychologiquement. Pour illustrer ces affirmations, le journaliste utilise une photo de la jeune femme, le visage caché dans les mains. 
 
Un tissu de mensonges explique Masih Alinejad contactée par FRANCE 24. L’Iranienne affirme que ce n’est pas la première fois qu’elle est prise pour cible depuis l’ouverture de sa page “Petits moments de liberté”. Pour preuve, elle nous a fait parvenir plusieurs captures d’écran envoyées par des internautes. Certains la menacent de mort, d’autres de viol. Un présentateur ultra conservateur d’une chaîne iranienne a par ailleurs publiquement insulté la jeune femme sur son compte Google + disant qu’elle devait "être traitée comme une prostituée."
 
Une menace de mort envoyée à Masih

"Je ne pensais pas que cette page me mènerait jusque-là"

Ils veulent me déshonorer, et pour se faire, disent des choses qui pourront porter atteinte à ma réputation mais aussi à celle de ma famille et de mes amis. Cela fait 30 ans maintenant que c’est leur façon de discréditer les journalistes et les activistes d’opposition.  Mais je ne pensais pas que cette page me mènerait jusque-là. Je réfléchis à porter plainte en Iran et en Angleterre contre cette chaîne de télévision et le présentateur qui m’a insultée, mais je sais que ça n’aboutira à rien. En tant que journaliste, j’espère avoir le soutien de mes confrères. Il faut que tout le monde sache comment les journalistes sont traités en Iran."
 
Une menace obscène envoyée à Masih.
 
Masih Alinejad a répliqué aux affirmations des médias iraniens par une vidéo filmée dans le métro de Londres. Elle chante une chanson persane dans laquelle elle évoque "son pays" et pourquoi elle l’a quitté.  
 
Si les ultras conservateurs iraniens ont toujours défendu le port du voile en Iran, depuis quelques semaines, les campagnes contre les attitudes jugées "indécentes" se font plus pressantes sur Internet.
 
Des Iraniennes ont même reçu des SMS les menaçant de viols si elles ne respectaient pas le strict port du voile.