IRAN

Des SMS menacent de viols les Iraniennes non voilées

Un habitant de Shiraz, dans le sud-ouest du pays, nous a fait parvenir la photo d’une femme mutilée qui circule actuellement sur les téléphones portables en Iran. L’image est accompagnée d’un texte affirmant que la femme a été violée parce qu’elle ne portait pas le voile.  

Publicité

Femmes portant le chador en Iran. Photo Flick Gabriel White.

  

Un habitant de Shiraz, dans le sud-ouest du pays, nous a fait parvenir la photo d’une femme mutilée qui circule actuellement sur les téléphones portables en Iran. L’image est accompagnée d’un texte affirmant que la femme a été violée parce qu’elle ne portait pas le voile.

 

ATTENTION : L’IMAGE CI-DESSOUS PEUT CHOQUER.

 

 

Alors que les températures montent en Iran, les conservateurs mènent des campagnes sur Internet pour menacer les femmes qui retirent leur hijab en public. Une réaction notamment à la page Facebook "Stealphy Freedoms", où des iraniennes viennent poster des photos d’elles tête nue.

 

Cette fois, l’intimidation va plus loin : depuis un mois, la photo d’une femme ensanglantée et aux yeux tuméfiés circule via des logiciels de messagerie instantanée sur les téléphones portables. Avec l’image, un texte, qui varie selon les messages, affirme que la fille a été violée parce qu’elle ne portait pas de hijab. Si l’identité de la jeune fille n’est pas connue, une recherche Google permet de retrouver la photo sur de nombreux sites médicaux anglophones. La première trace de cette photo remonte à 2012, bien avant que de cette rumeur circule en Iran.

 

La question de la légitimation du viol des femmes non voilées réapparait régulièrement en Iran. Quelques semaines avant le début de la campagne de SMS, des discussions enflammées avaient déjà eu lieu sur Internet autour du message d’un internaute posté sur Google +. Ce dernier affirmait que "les hommes qui violent des femmes qui ne portent pas de hijab ne doivent pas être poursuivis en justice". Tasnim News Agency, un media ultraconservateur affilé aux Gardiens de la Révolution, a publié un éditorial pour soutenir ce commentaire, expliquant que "les hommes ont le droit d’avoir des relations sexuelles avec les femmes qui s’habillent de façon inappropriée, même sans leur consentement".

 

Capture d’écran d’un des messages qui circule sur Whatsapp en Iran. Le message explique que "90 wahhabites ont kidnappé, violé et torturé cette fille" sans donner plus de détails.

"Le hijab est le talon d’Achille des conservateurs"

Mohammad (pseudonyme) vit à Shiraz, dans le sud-ouest de l’Iran.

 

Ça fait un mois que la photo de cette fille circule dans la province de Fars. Les gens se l’envoient par Whatsapp et Viber. Le message qui accompagne généralement la photo dit que la fille vit à Shiraz et qu’elle aurait été torturée, violée et tuée parce qu’elle ne s’habillait pas "correctement". D’autres fois, le message indique qu’elle a été capturée par des wahhabites, ou alors le texte ne désigne pas de responsables particuliers, et indique juste que des serial killers vivent près de Shiraz. La photo a même traversé les frontières de la province, et des amis qui vivent dans le reste du pays nous appellent pour nous dire de faire attention !

 

Beaucoup commencent à réaliser que ce n’était qu’une rumeur, mais la grande majorité, surtout dans les petites villes, sont encore effrayés [la police a essayé de rassurer la population en diffusant une note affirmant que la rumeur était fausse, voir l’image ci-dessous NDLR]. Ça va forcément avoir des conséquences sur les filles : leur famille vont les obliger à prendre des précautions, et elles vont d’elles-mêmes éviter de se faire remarquer.

Tout ce qui se passe en ce moment – les manifestations pro-hijab, la publication expliquant qu’il n’y a pas de problème si un homme viole une femme qui ne porte pas le voile – ne peuvent pas être une coïncidence pour moi. Le hijab est le talon d’Achille des conservateurs. Malgré la répression de la police des mœurs, les habitudes vestimentaires des femmes ont évolué : l’année dernière, ce sont les leggings qui sont devenus très populaires. Avec les fortes températures qui arrivent cet été, les conservateurs recommencent à s’inquiéter. Créer une atmosphère de peur est clairement dans leur intérêt.

 

La police de Shiraz a diffusé un communiqué dans un journal local pour expliquer que les messages qui circulent à propos d'une fille violée n'étaient qu'une rumeur.