Des femmes salafistes brandissant les photos d’Al-Sissi après le soutien de leur parti Al-Nour.
 
Affiches géantes, statues, tablettes de chocolat, jouets, T-shirts... Alors que débute l’élection présidentielle égyptienne, la "Sissi mania" bat son plein. Un culte de la personnalité et une omniprésence, même dans les mosquées, qui divise nos Observateurs.
 
Le maréchal Al-Sissi, aujourd'hui retiré de l'armée, est l’homme fort du pouvoir depuis la destitution de l’ancien président, Mohamed Morsi, et la dissolution du parti des Frères musulmans. Son unique concurrent lors de l’élection présidentielle du 26-27 mai est Hamdine Sabahi, dont les chances de remporter le scrutin sont minces.
 
Bien avant que ne débute la campagne officielle pour l'élection présidentielle, l’espace public était envahi de photos du maréchal Al-Sissi, y compris dans les mosquées alors que la loi électorale prévoit la préservation de leur neutralité. Les commerçants ont également conçu toutes sortes de marchandises à son effigie. Et les artistes ne sont pas en reste : chansons et spectacles populaires à la gloire du général ont fleuri dans le pays.

"Le peuple a été complètement orienté par la propagande"

Mohammed Tolba est bloggeur et fondateur du groupe Salafyo Costa, composé de jeunes salafistes qui se disent "modérés".
 
Le peuple vote aujourd’hui après avoir été complètement orienté par la propagande. Tout autre choix que Sissi est stigmatisé et vu comme une déviance.
 
Même le parti salafiste Al-Nour s’est mis à faire de la propagande pro-Sissi. Ils avaient interdit à toutes les femmes de leur mouvement de se prendre en photo. Mais depuis que leur parti s’est rangé derrière le maréchal, on voit sur Internet des photos de leurs femmes, en niqab en noir, qui prennent la pose avec des portraits du général !
 
Les affiches d’Al-Sissi collées dans une mosquée. Ces images ont été largement diffusées sur les mouvements sociaux. Des cyber-activistes ont dénoncé l’usage des lieux de cultes pour des raisons politiques, une pratique qui rappelle celle des Frères musulmans

"C’est un déferlement de chansons à la gloire d'Al-Sissi"

Yehia, bloggeur, travaille comme conseiller du président du parti Al-Dostour, créé par l’ancien opposant et prix Nobel de la paix, Mohamed El-Baradeï. Son parti soutient Hamdine Sabahi.
 
Jusqu’au jour du vote, nous avons assisté dans les médias à un déferlement de chansons à la gloire d'Al-Sissi. Toutes les institutions et les médias ont été utilisés pour préparer sa victoire. Mais cette "Sissi mania" touche, selon moi, surtout les plus de 40 ans et les gens moins politisés. Les jeunes vont davantage voter Hamdine Sabahi ou boycotter l’élection.
Une statue représentant le candidat Al-Sissi place Tahrir, au Caire

"Il est normal que le peuple cherche un héros national, un sauveur"

Hiba Abou Al A’ali travaille pour une ONG spécialisée dans les questions d’éducation.
 
Je ne pense pas que ce soit l’État qui intervienne en faveur d’Al-Sissi. Je reconnais que sa campagne a été complètement exagérée. Mais il est normal que le peuple cherche un héros national, un sauveur. Nous craignons de rentrer encore une fois dans une crise politique qui menacera la sécurité du pays et sa relance économique. C’est pour cela que les gens se raccrochent à Sissi.
 
Une des affiches utilisées lors de la campagne d'Al-Sissi. Elle stipule : "Jésus vous appelle à soutenir le général Abdel Fattah Al-Sissi pour préserver l’unité nationale"
 
Des jouets Al-Sissi désormais sur le marché égyptien.
Des vêtements avec la photo d'Al-Sissi ont été spécialement conçus après le 30 juin 2013