JAPON

L’élixir de jeunesse des Japonaises

Publicité

Cette photo a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux en Asie ces dernières semaines. Car ces trois japonaises pourraient être des sœurs. Et pourtant, ce sont bien trois générations qui sont représentées ici.

 

À droite sur la photo, Kazuko Inoue a 42 ans. On lui en donnerait volontiers vingt de moins. Elle fait partie des très admirées “bimajo”. Inventé par le magazine mensuel "Bisuto", ce terme désigne les femmes de plus de 35 ans dont la beauté sensationelle ne laisse pas paraître l’âge. Plus précisément, “bi” signifie “beauté” et “majo” se traduit par “sorcière”. Une “sorcière de beauté”, voilà le compliment suprême pour une Japonaise s’approchant de la quarantaine.

Un concours se tient même chaque année pour élire la plus belle d’entre elles. Kazuko Inoue l’a gagné en 2013. Une bimajo peut être une véritable célébrité au Japon. Jusqu’à  être considérée comme un exemple par des fans beaucoup plus jeunes, qui dénichent et partagent les secrets de beauté de leurs modèles. Car si conserver sa jeunesse est une préoccupation répandue dans le monde entier, au Japon, c’est une obsession.

 

"Les publicités pour des cliniques de chirurgie esthétique sont partout"

Une préoccupation répandue et par conséquent, lucrative. C’est ce qu’explique notre Observatrice Janick Magne, enseignante à Tokyo.

 

Il existe au Japon énormément de femmes qui consacrent des fortunes pour rectifier la forme de leurs narines ou de leurs paupières. Certaines se blanchissent la peau aussi. L’idée est de paraître jeune, mais comme le mot “bimajo” l’indique, il s’agit surtout d’être belle.

 

Résultat, les publicités pour des cliniques de chirurgie esthétique sont partout. [Selon une étude produite par la Société Internationale de chirurgie esthètique (ISAPS) en 2011, le Japon est quatrième en nombre d’interventions effectuées par an].

Si le marché de l’esthétique est en pleine expansion, c’est aussi parce que de plus en plus de femmes décident de se consacrer uniquement à leur carrière et de ne pas se marier. Ces nouvelles célibataires sont de grandes consommatrices de produits cosmétiques. [34 % des trentenaires ne sont pas mariées, selon le quotidien "Japan Today", qui présente ces femmes comme un “marché en plein développement”.]