Forte affluence dans un magasin de Lanzhou, où des habitants tentent de faire des provisions d'eau minérale face à la contamination, vendredi, de l'eau du robinet.
 
Une fuite de pétrole a provoqué vendredi 11 avril l’augmentation du niveau de benzène, un liquide chimique toxique et cancérogène, dans l’eau du robinet de la ville de Lanzhou, au nord-ouest de la Chine. Les habitants se sont rués sur les stocks d’eau minérale dans les magasins de la ville, avant que les autorités locales n’assurent avoir résolu le problème. Mais alors que 24 heures se sont écoulées entre la détection de la fuite et la mise en garde des autorités, certains habitants jugent qu’elles ont manqué à leur devoir et font courir des risques graves pour la santé publique.
 
Des niveaux anormalement élevés de benzène ont été détectés dans l’eau de Lanzhou jeudi 10 avril, vers 17 heures, par Veolia, l’entreprise française qui gère, en coentreprise avec un groupe chinois, le traitement de l’eau à Lanzhou. Des mesures ont fait état de la présence de benzène à hauteur de 118 à 200 microgrammes par litre, alors que le seuil national pour la potabilité de l’eau est de … 10 microgrammes par litre, soit jusqu’à 20 fois moins. De quoi rendre la consommation d’eau très dangereuse.
 
Or, ce n’est que vendredi midi que l’agence de presse Xinhua a publié une dépêche faisant état de la découverte. Le gouvernement de Lanzhou, lui, n’a donné l’alerte qu’à 17 heures vendredi. Reste à savoir si ce laps de temps est imputable à Veolia, qui aurait tardé à alerter les autorités ou aux autorités elles-mêmes. Une enquête a été ouverte par pour déterminer l’éventuelle responsabilité de l’entreprise.
 
Les magasins de Lanzhou ont été pris d’assaut et les rayons d’eau minérale dévalisés. De longues files d’attente se sont constituées devant les magasins, ce dont témoignent plusieurs photos postées sur des réseaux sociaux, ainsi que le reportage amateur d’un Américain, professeur d’anglais à Lanzhou.
 
 
 
Sur Weibo, le site de mirco-blogging équivalent de Twitter en Chine, un utilisateur s’est amusé à faire l’électrolyse de l’eau du robinet du Lanzhou et d’une eau minérale. Ce procédé permet de décomposer les solides dissous dans l’eau et de les faire apparaître. Le résultat est sans appel.
 
 
Le temps pris par les autorités pour lancer l’alerte a agacé des habitants de Lanzhou, qui ont manifesté leur mécontentement notamment sur Weibo, s’en prenant tantôt à Veolia, tantôt au gouvernement local de Lanzhou. Une colère renforcée par le fait qu’il y a un mois, des habitants s’étaient plaints que l’eau du robinet avait un goût désagréable dans certains quartiers de la ville. Lanzhou est par ailleurs l'une des villes les plus polluées de Chine.
 
"Veolia, des excuses et va-t'en ! Rappelons-nous que ce n'est pas la première fois que notre eau est polluée. À chaque fois on nous prévient après les faits sans donner d'explications ou de responsables, on ne cesse de nous mentir sans qu'on ne puisse rien y faire ! On a bu de cette eau au travail, les enfants en ont bu à l'école et ce n'est que le soir qu'on nous dit de pas boire de l'eau de robinet pendant 24h ? À l'étranger, une compagnie comme celle-ci aurait déjà dû faire faillite rien qu'avec les amendes !"
 
"Les demandes que devraient avoir tous les habitants de Lanzhou: 1. Veolia hors du marché de l'eau à Lanzhou. 2. Punir les responsables de la contamination. 3. Limoger les officiels en charge de l'environnement et de l'eau 4. Offrir une compensation aux habitants de Lanzhou, notamment la gratuité du service d'eau potable dans les années à venir. On parle d'eau polluée depuis le mois de mars, mais ceux qui ont relayé cette information ont été accusés par les autorités d'avoir colporté des rumeurs. Ouvrez une enquête sur ce qu'il s'est passé en mars !"

"Les autorités ont voulu minimiser la gravité de la situation, c’est irresponsable"

Yun (pseudonyme) est chef d’entreprise à Lanzhou.
 
 
J'ai appris que l'eau avait été contaminée avec l'annonce de la municipalité. Mais je m'en doutais car l'eau présentait déjà des problèmes depuis le mois dernier, elle avait une odeur bizarre, qui me faisait penser à du désinfectant.
 
Les deux premiers jours après l'alerte, ça a été la ruée dans les supermarchés pour s'acheter de l'eau minérale. Les prix se sont envolés [entre 3 et 6 yuans la petite bouteille de 50 ou 55cl, vendue 1 yuan en temps normal], mais ça s'est stabilisé maintenant et il est désormais possible d'acheter des bouteilles d'eau au prix d'origine. Chez moi, on n'utilise plus que de l'eau en bouteille pour se laver, pour faire la cuisine et pour faire la vaisselle. Le gouvernement distribue deux bouteilles par habitant par jour, mais c'est loin d'être suffisant pour continuer à vivre normalement, alors on est obligés d'en acheter nous-mêmes.
 
Beaucoup de monde pointe du doigt la responsabilité de Veolia dans cette affaire, mais pour moi, c'est surtout le gouvernement local qui est en faute. Je pense qu'ils ont voulu minimiser la gravité de la situation et ont donné l'alerte bien trop tard. Du coup, beaucoup de femmes enceintes et de personnes âgées ont bu une eau mauvaise pour leur santé. C'est une attitude particulièrement irresponsable. Ils disent maintenant que l'eau de robinet ne présente plus aucun danger, mais je n'y crois pas trop et je préfère rester prudent.
 
 
Selon une enquête préliminaire menée par les autorités locales, la fuite serait due à deux explosions, survenues en 1987 et 2002 dans l’usine à Lanzhou d’une filiale du groupe pétrolier chinois CNPC. Après ces explosions, 34 tonnes de résidus chimiques avaient été déversés puis absorbés par la terre, pour finalement polluer une conduite d’eau souterraine. Les autorités ont affirmé que 800 tonnes d’eau polluée ont été pompées depuis la détection de la fuite.
Billet écrit en collaboration avec Kam Man Ho (@kam_manho) et Corentin Bainier (@cbainie) , journalistes à France 24.