Capture d’écran de la chaîne YouTube dédiée au Mok-bang de "la Diva"
 
Park Seo-yeon, une Sud-coréenne de 34 ans, a quitté son travail de consultante pour se lancer dans une carrière qui lui permet de vivre de sa passion, c’est-à-dire dévorer d’énormes quantités de nourriture sous l’œil d’une communauté de fidèles internautes.
 
Cette pratique, connue sous le nom de "Mok-bang" (une contraction des mots "manger" et "diffuser" en coréen) a permis à certains de ses adeptes comme Park Seo-yeon d’accéder au rang de star virtuelle en Corée du Sud. En effet, ils génèrent des milliers de vues à chaque fois qu’ils activent leur webcam pour engloutir leur principal repas de la journée tout en commentant leur festin.
 
Surnommée "la Diva" par ses fans, Park Seo-yeon gagnerait environ 9000 dollars par mois grâce à ces sessions de Mok-bang au cours desquelles la jeune femme, menue, est capable d’ingurgiter autant de nourriture que quatre hommes de bonne constitution. Cela fait d’elle l’une des mangeuses du web les mieux rémunérées, mais elle est loin d’être la seule à tirer profit de cette mode.
 
Le chef cuisinier Choi Ji-hwan et le comédien australien Sam Hammington font ainsi partie des autres stars du Mok-Bang. Mais des amateurs se sont également emparés de cette tendance et postent leurs propres festins sur Internet.
 
 
La Diva compte environ 3500 abonnés sur son compte Youtube, mais c’est le nombre de vues qu’elle récolte qui  impressionne. Une session au cours de laquelle elle avale un gargantuesque repas de mets chinois a ainsi été visionnée près de 70 000 fois en moins de deux mois.
 
Les commentaires affluent à chacune de ces retransmissions et les réactions à ces téléréalités d’un genre particulier sont très variées. "Magnifique, tu assures !", a ainsi écrit l’utilisatrice YouTube SashQa Lipton en réagissant à l’un des banquets de la Diva. Un festin que polster2 a décrit comme de la "gloutonnerie au meilleur sens du terme", tandis que PEWPS estime pour sa part que la jeune femme est "littéralement dégoûtante".
 
Serim An, chargé de relations publiques pour le site Afreeca TV qui héberge les chaînes de Mok-bang les plus populaires, a expliqué à CNN que plusieurs facteurs culturels peuvent expliquer la montée en puissance de cette mode : "Nous pensons qu’il y a trois raisons principales : l’augmentation des foyers composés d’une seule personne en Corée, le sentiment de solitude qui en résulte, et enfin les modes liées à la "culture du bien-être" et aux régimes drastiques qui remportent un franc succès dans la société coréenne en ce moment."
 
Le professeur Park Sung-hee, du département médias de l’université d’Ewha, note par ailleurs que les Coréens détestent manger seuls et que les retransmissions de Mok-bang remplissent donc une certaine fonction sociale. "Pour les Coréens, manger est une activité sociale et collective par excellence. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle en coréen, le mot "famille" signifie "ceux qui mangent ensemble"", affirme-t-elle.
 
Visionnez une session de Mok-bang dans la vidéo ci-dessous.