Un des deux derniers lions de l'Atlas du zoo de Casablanca. Toutes les photos ont été postées sur la page "Sauvons le zoo de Ain Sebaa" sur Facebook.
 
Pétitions en ligne, manifestations, lettres aux autorités… les défenseurs marocains des animaux ne cessent de se mobiliser pour sauver le parc zoologique d'Aïn Sebaa, au Maroc. Le zoo, qui accueille des espèces en voie de disparition, comme le lion de l'Atlas ou le tapir, est laissé à l’abandon et se transforme peu à peu en mouroir.
 
En janvier 2012, le prince Hassan, fils du roi du Maroc Mohammed VI, a inauguré en grandes pompes le parc zoologique de Rabat. Clinique vétérinaire sur place, ferme pédagogique pour les enfants, le lieu avait été rénové pour correspondre aux normes internationales et faire la fierté de la capitale marocaine. À l’inverse, à Casablanca, deuxième ville du pays qui abrite le second parc zoologique marocain, les conditions sont tout autres. En témoigne les nombreuses images amateures publiées par les défenseurs des droits des animaux.
 
Cage d'un lama d'Amérique.
 
Cage des canards
 
Bassin d'eau

"On est tombé sur un cadavre de lion dans une cage"

 
Nous avons découvert la situation du zoo il y a 3 ans. Lors d'une visite fortuite effectuée avec la future présidente de l'association, nous avons découvert un lion de l'Atlas squelettique, mort dans sa cage. À l'époque, la direction du zoo nous a assuré que le lion venait tout juste de mourir. Mais à voir l'état du cadavre, on avait de sérieux doutes. On continue à penser aujourd'hui que le cadavre était là depuis plus longtemps mais que l'administration du zoo n'était pas pressée de le transporter.
 
On s’est donc penché plus sérieusement sur la question de ce zoo. Depuis plusieurs mois, nous y allons tous les dimanches et nous constatons les conditions de vie désastreuses des animaux. Il y a par exemple 4 ours bruns dans le zoo, les seuls que nous avons au Maroc. Et ces animaux sont nourris d'épluchures de carottes et de pain, ils n'ont jamais mangé de poisson de leur existence [À l’état sauvage, l’ours brun est un omnivore. Principalement végétarien, il se nourrit aussi de poissons et d’insectes]. Nous avons aussi assisté à la distribution de nourriture aux lions de l'Atlas et nous avons constaté que la viande était tellement avariée qu’elle avait tourné au bleu. Ce n'est pas étonnant quand on voit qu'ils gardent la nourriture dans une pièce où il n'y a même pas de frigo.
 
"J'ai vu des visiteurs donner des cigarettes aux singes !"
 
Il y a aussi beaucoup à dire sur la sécurité des animaux dans ce zoo. À part le contrôleur de billets, il n'y a pas de gardien à l'intérieur. Aucun surveillant n'est là pour recadrer les visiteurs s'ils jettent de la nourriture aux animaux ou s'ils leur font peur. La plupart des cages sont en simples barres métalliques, il n'y a pas de grillage ou de plexiglas. Les visiteurs peuvent leur jeter n'importe quel objet et mettre leur vie en danger. J'en ai même vu qui donnaient des cigarettes aux singes !
 
Quand les animaux se blessent, la direction du zoo ne se presse pas non plus pour leur prodiguer des soins. Par exemple, il y a eu récemment une bataille entre deux lamas et l'un des deux a été blessé au cou. Cela s'est passé un dimanche et quand nous avons contacté le directeur du zoo pour le prévenir, il nous a dit qu'il fallait attendre le lundi pour que le vétérinaire soit disponible.
 
Le zoo manque indéniablement de moyens. Le billet d'entrée coûte 10 centimes alors qu'il est de 4 euros pour le zoo de Rabat. Comment voulez-vous qu'ils gèrent ce lieu ? Et il y a bien un budget dévolu par l’État mais quand on voit les lieux, on se demande où va l’argent.
 
En 2012, après une visite du zoo, le maire de Casablanca a promis qu'un plan de réaménagement serait établi pour que le zoo soit complètement rénové. Il a même été question d'agrandir le zoo pour qu'il passe de 2,5 hectares, sa superficie actuelle, à 10 hectares. Mais on attend toujours ces travaux.
 
Un ours brun en cage
 
Une pancarte de présentation peinte à la main.
Le maire de Casablanca a réaffirmé fin février que le zoo sera rénové d’ici deux ans. D’après le journal marocain "L’économiste" un budget de 65 millions de dirhams (soit 5,5 millions d’euros) sera affecté à cette rénovation.
 
Contacté par FRANCE 24, le directeur du zoo, Mehdi Omari Alaoui, a affirmé quant à lui que les animaux se portaient très bien et que toutes ces accusations étaient mensongères. Il a ajouté que son institution attendait le budget de la préfecture pour améliorer le parc zoologique.
Cet article a été rédigé par Sarra Grira (@SarraGrira), journaliste à FRANCE 24.