IRAN

Tweet du Nouvel an juif : "Cette image d’un Iran tolérant est plus proche de la réalité"

 Si des doutes subsistent encore sur l’authenticité du message de bonne année à la communauté juive publié sur un compte Twitter du nom du président iranien Hassan Rohani, celui posté quelques heures plus tard par son ministre des Affaires étrangères est véridique. Un geste dont se félicite notre Observateur israélien d’origine iranienne.    

Publicité

 

Si des doutes subsistent encore sur l’authenticité du message de bonne année à la communauté juive publié sur un compte Twitter du nom du président iranien Hassan Rohani, celui posté quelques heures plus tard par son ministre des Affaires étrangères est véridique. Un geste dont se félicite notre Observateur israélien d’origine iranienne.

 

En Iran, cette démarche constitue un précédent. Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, a souhaité mercredi 4 septembre un joyeux Roch Hachana, le nouvel an juif, sur son compte Twitter officiel.

 

 

Ce message va à rebours des déclarations fielleuses de l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui avait notamment qualifié l’Holocauste de "légende".

 

Plus étonnant encore : à ceux qui , toujours via Twitter, ont profité de la nouvelle année juive pour condamner les propos négationnistes du régime iranien, Zarif a répondu : "L’homme qui a été perçu comme un négationniste est parti".

 

 

Quelques heures auparavant, un message sur un compte Twitter au nom et à l’effigie du président iranien Hassan Rohani saluait également les juifs à l’occasion de Roch Hachana.

 

"Alors que le soleil se couche sur Téhéran, je souhaite un joyeux Roch Hachana à tous les juifs et notamment aux juifs iraniens." 

 

Le lendemain, le 5 septembre, un conseiller du président a formellement nié l’existence du compte Twitter de Rohani. Ce dernier ne s’est toujours pas exprimé sur un quelconque lien avec ce compte Twitter, dont certains estiment qu’il est tenu par ses partisans.

 

"Cette image d’un Iran tolérant est plus proche de la réalité"

Meir Javedanfar, 40 ans, enseigne la politique iranienne à l’université IDC Herzliya de Tel-Aviv. Il a quitté l’Iran en 1987, durant la guerre Iran-Irak.

 

Pour moi, le tweet d’Hassan Rohani est authentique, sinon son ministre des Affaires étrangères ne lui aurait jamais emboîté le pas. Sa stratégie consiste à prouver que l’Iran n’est pas un pays antisémite. Il veut redorer l’image de son pays auprès de la communauté internationale et se démarquer le plus possible de son prédécesseur, Mahmoud Ahmadinejad [président de l’Iran entre 2005 et 2013, NDLR] dont les provocations ont énormément nui à l’image de l’Iran. La vérité est que l’Iran est un pays tolérant.

 

La communauté juive iranienne est l’une des plus anciennes du monde, elle est arrivée il y a près de 2700 ans. D’après un recensement effectué il y a quelques années, le pays compte aujourd’hui environ 9000 juifs. La plupart vivent à Téhéran, plutôt en centre-ville, et travaillent en général dans le milieu des affaires. Mais avec la crise économique qui secoue l’Iran, beaucoup émigrent aux États-Unis ou en Israël, particulièrement les jeunes.

 

En Iran, les juifs vivent en paix. Culturellement et linguistiquement, ils sont identiques aux autres. Eux aussi souffrent du chômage et de la corruption. Leurs traditions sont respectées et la société ne les a jamais ostracisés, y compris sous l’ère Ahmadinejad. Les diatribes antisémites de l’ancien président n’ont jamais eu aucun impact sur la population iranienne.

 

Pour moi qui suis Iranien de naissance et Israélien de nationalité (je considère ces deux pays comme mes parents), c’est très dur à vivre. D’autant plus que les tensions entre ces deux nations étaient inexistantes - les relations étaient même très cordiales - avant la Révolution islamique de 1979. Mes origines iraniennes ne m’ont jamais posé aucun tort en Israël. De nombreuses personnalités politiques israéliennes sont nées en Iran : Moshe Katsav [président d’Israël de 2000 à 2007, NDLR], Shaul Mofaz [homme politique, ancien chef d’état-major des forces israéliennes, NDLR]…