Capture d'écran de la seconde vidéo ci-dessous.
 
Lorsque le couvre-feu débute à 21 heures, les rues du Caire deviennent étrangement calmes. Si ce n’est le ramdam des casseroles qui résonnent dans plusieurs quartiers, le fruit d'une campagne lancée par des Égyptiens ne se reconnaissant ni dans les Frères musulmans, ni dans le gouvernement soutenu par l'armée.
 
Inspiré par les Turcs qui ont utilisé ce mode d’expression lors des manifestations anti-gouvernementales du mois de mai, un groupe de citoyens égyptiens a appelé le 17 août sur Twitter tous ceux qui sont lassés de la bataille que se livrent les Frères musulmans et l'armée à taper sur des ustensiles de cuisine tous les soirs au moment du couvre-feu. Le mouvement a été baptisé "Masmou3", "se faire entendre" en français.
 
 
 
Bien que n'étant officiellement lié à aucun groupe politique, cette campagne est considérée par beaucoup comme une ramification de la "troisième voie". Ce mouvement, qui rassemble des révolutionnaires de la première heure et des islamistes modérés, est né deux semaines avant la destitution de Mohamed Morsi. En raison du couvre-feu actuel, les partisans de "troisième voie" ne sont plus en mesure d'organiser des manifestations de rue.
 
 
Chanson écrite par les partisans de Masmou 3 . les paroles : : "La liberté est à venir, la liberté est sur son chemin / c'est pour très bientôt / Ils ont tué nos rêves, ils ont tué notre avenir / Mais gardez la tête haute, et chantez encore plus fort / Restez fidèle à vos convictions, parce que la liberté est à venir".

"Nous combattons toute sorte de fascisme dans notre société et prônons la tolérance"

Mohamed Karim El Sawy est consultant. Il vit au Caire.
 
Quand j'ai entendu parler de cette campagne sur Twitter, j'étais sceptique car même si je suis d'accord avec le point de vue défendu, je n'étais pas certain que ce serait efficace. Si j’ai rejoint le mouvement, c’est parce qu’il n’existe aucune autre alternative pour ceux qui s'opposent à la fois aux Frères musulmans et au recours excessif à la force utilisée par le gouvernement. Or, investir la rue est actuellement impossible : nous courrions le risque d’être pris pour des partisans des Frères musulmans, particulièrement remontés ces derniers temps.

Cela fait une semaine que je fais résonner mes casseroles. Dans mon quartier, nombreux sont ceux qui,chaque soir, prennent part à cette initiative. Le problème c’est que parmi nous se fondent des partisans des Frères musulmans qui participent à une campagne similaire également lancée sur Twitter et qu’ils ont appelée "mobilisation anti-coup d’État". L’autre soir, des voisins qui soutiennent la confrérie ont tapé sur leurs casseroles en scandant des chants anti-putschistes. Je suis alors intervenu pour leur demander de s’arrêter. Ils ont fini par obtempérer.

Sur cette vidéo envoyée par notre Observateur, lui et ses voisins tapent sur des casseroles. La scène se déroule le 21 août dans le quartier de Mohandiseen au moment du couvre-feu.
 
"Chaque partie souhaite en découdre avec celui qui pense différemment"
 
Il y a deux jours, alors que je commençais à faire du bruit avec mes casseroles, accompagné de certains voisins, un homme s’est mis à nous insulter car il croyait que nous soutenions la campagne anti-coup d’État menée par les Frères. Je lui ai expliqué de ma fenêtre : ‘’Cette campagne est l’initiative de vingt-cinq jeunes [ceux qui sont à l'avant-garde de la révolution] qui ont également pris part à des manifestations le 30 Juin contre Morsi. Aujourd'hui, l'Égypte est divisée en deux camps, les ‘anti-coup’ d’un côté, et les ‘anti-terroristes’ de l’autre [le gouvernement soutenu par l'armée accuse les Frères musulmans de terrorisme]. Chaque camp estime que le méchant c’est l’autre et qu’il n’a rien à faire dans notre société. Chaque partie souhaite en découdre avec celui qui pense différemment. L'objectif de la campagne Masmou3 est de combattre toute sorte de fascisme dans notre société et de prôner la tolérance. Si vous partagez ce principe et que vous souhaitez rejoindre notre mouvement, vous êtes le bienvenu.’’
 
J'étais très inquiet des réactions que mon intervention allait susciter, mais de nombreux voisins m’ont applaudi. Depuis, les casseroles résonnent de plus en plus fort !
 
En Égypte, des utilisateurs de Twitter ont posté des photos d'eux en train de taper sur des casseroles. Cette photo a été postée par @NermineAmer.

"Nous ne sommes pas une troisième voie, mais bien la seule et unique voie"

Aalam Wassef est artiste et éditeur au Caire. Il soutient la campagne Masmou3 depuis le premier jour.
 
La presse est complètement muselée, et les rues sont bouclées en raison de l'état d'urgence. Le seul endroit où les Égyptiens peuvent encore s'exprimer, c’est sur les réseaux sociaux. Mais ce n’est qu’un point de départ pour réinvestir l’espace public. Taper sur des casseroles est la première étape de cette démarche.

Nous voulons juste que les gens réclament leurs besoins élémentaires : le pain, la liberté et la justice [le slogan du mouvement révolutionnaire du 25 Janvier], que ni l'armée, ni les Frères musulmans n’ont su leur apporter. Nous ne sommes pas une troisième voie, mais bien la seule et unique voie, car nous défendons des valeurs démocratiques.
 
Le plus drôle dans le fait que les fidèles des Frères musulmans ont voulu nous imiter, c’est que cette campagne est largement connotée antimusulmane : souvenons-nous que les manifestants turcs l’avaient mis en place pour protester contre les islamistes de leurs pays. Alors qu’ils continuent !