AFRIQUE DU SUD

Émeutes dans un quartier délaissé de Soweto

 Dix-neuf personnes ont été arrêtées depuis ce matin après que des habitants d’un quartier de Soweto, une banlieue pauvre de Johannesburg, ont violemment manifesté pour protester contre l’insalubrité de leur quartier.

Publicité

Manifestation dans le quartier de Protea Glen South, jeudi 8 août. Des pierres jonchent la route pour tenter d'empêcher la circulation. Photo: @AldrinSampear 

 

Dix-neuf personnes ont été arrêtées depuis ce matin après que des habitants d’un quartier de Soweto, une banlieue pauvre de Johannesburg, ont violemment manifesté pour protester contre l’insalubrité de leur quartier. 

 

Jets de pierres, incendies de relais électriques, routes bloquées par des pierres, pillages de magasins : la réunion qu’avaient organisé les habitants du quartier de Protea Glen South, tôt ce matin, a vite dégénéré en violente contestation. Ces derniers s’estiment lésés de ne pas avoir accès à l’eau ou à l’électricité notamment, alors que les quartiers environnants en sont équipés. Selon eux, le gouvernement avait promis en 2010 de remédier au problème.

 

La police est rapidement intervenue avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, attisant les tensions. Les habitants demandaient à rencontrer le président de la région Gauteng (où se trouve Soweto). Ils ont rembarré un conseiller municipal de Soweto, de même que des membres du nouveau parti Economic Freedom Fighters (EFF), fondé par l’ancien leader des jeunes de l’ANC Julius Malema, refusant de se faire récupérer politiquement.

 

Les manifestants brûlent un pneu. Photo : @AldrinSampear

 

Un relais électrique incendié. Photo : @AldrinSampear

"Ici, quand les gens manifestent, c’est forcément de façon violente"

 Aldrin Sampear vit à Johannesburg. Il est journaliste pour la radio locale Jacaranda et a couvert la manifestation.

 

Les résidents de Protea Glen South avaient prévu de faire cette réunion très tôt ce matin, vers 5 heures, pour discuter de l’état de leur quartier. Le but était que tout le monde puisse être présent avant de partir à l’école ou au travail. Le niveau de services à Protea Glen South est ils est vrai franchement déplorable : les toilettes sont faites de carton, sans chasse d’eau. Il n’y a pas d’électricité courante, les gens sont obligés de s’éclairer à la bougie, ce qui en plus d’être moins pratique, coûte souvent plus cher.

 

Photo @AldrinSampear

 

Certains habitants se sont mis à bidouiller le réseau d’électricité pour bénéficier du courant qui dessert les quartiers voisins. Ceci révèle d’ailleurs l’injustice que dénoncent les manifestants : leur quartier ne représente qu’une dizaine de rues et quelques pâtés de maison complètement délaissés, entourés de zones qui peuvent disposer des services de base.

 

Très vite, la réunion a tourné à la manifestation violente: des habitants ont commencé à brûler des pneus, à bloquer les routes avec des pierres et à piller certains magasins, notamment un magasin Coca-Cola, qui était le plus proche du lieu de rassemblement. C’est quasi-systématique : ici, quand les gens manifestent, c’est forcément de façon violente. C’est comme ça dans les quartiers pauvres. La réaction de la police ne m’a pas paru disproportionnée.

 

Balle en caoutchouc. Photo @AldrinSampear

 

 Article rédigé en collaboration avec Corentin Bainier (@cbainier), journaliste à France 24.