EGYPTE

Nouveau dans la panoplie des manifestants égyptiens : le pointeur laser

Publicité

Un hélicoptère illuminé par des lasers verts. Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.

 

La scène se déroule dimanche soir. Dans le ciel, les habitants du Caire ont pu apercevoir une étrange apparition : une sorte de vaisseau recouvert de lumières vertes. Ce n’était pas un ovni, mais un hélicoptère illuminé de centaines de pointeurs lasers brandis par les manifestants réunis sur la place Tahrir. À première vue, cela pourrait ressembler à une attaque, mais en réalité c’est une façon pour les manifestants d’acclamer cet hélicoptère de l’armée, qui lâche des drapeaux égyptiens sur la foule. De nombreux manifestants réclament en effet l’aide de l’armée pour faire tomber le gouvernement des Frères musulmans.

 

Vidéo : Mohamed El Shahed.

 

Ces lasers sont toutefois loin d’être inoffensifs. Ils ont déjà été utilisés lors de manifestations ces derniers mois, parfois par des factions opposées qui s’en servaient pour s’aveugler les uns les autres. Les pointeurs étaient partout dans les manifestations gigantesques contre le président Mohammed Morsi dimanche et lundi soir. On peut également les apercevoir dans une vidéo montrant l’attaque contre les bureaux des Frères Musulmans au Caire dimanche dernier.

 

Ces pointeurs laser, en vente sur Internetet dans de nombreux magasins peuvent être dangereux. Les lasers bleus et verts sont généralement bien plus forts que les lasers rouges. Aux États-Unis, viser avec l'un de ces lasers un avion ou un hélicoptère est un crime fédéral. Les garde-côtes américains doivent ainsi régulièrement faire atterrir leurs hélicoptères ciblés par des lasers verts. Les pilotes doivent même ensuite se faire examiner les yeux pour vérifier qu'ils n’ont pas été blessés.

 

Les lasers pointeurs verts, dont les prix ont fortement baissé au cours de la dernière décennie, sont devenus très populaires auprès des manifestants de nombreux pays, de la Grèce au Brésil en passant par la Turquie et maintenant l’Égypte.