TOGO

En images : affrontements à Lomé entre opposition et forces de l’ordre

 De nouveaux heurts entre forces de l’ordre et militants de l’opposition ont éclaté jeudi à Lomé, au troisième jour d’une série de violentes protestations dans la capitale togolaise.

Publicité

 

De nouveaux heurts entre forces de l’ordre et militants de l’opposition ont éclaté, jeudi, à Lomé, au troisième jour d’une série de violentes protestations dans la capitale togolaise.

 

Ces trois jours de mobilisation, qui devaient être des "marches pacifiques", ont été lancés par deux organisations d’opposition : la Coalition Arc-en-ciel et le Collectif Sauvons le Togo (CST), qui rassemblent des organisations de la société civile et des partis politiques.

 

Avenue à Lomé bloquée par les manifestants.

 

Au premier jour, les manifestants sont descendus dans les rues de la capitale pour dénoncer la mort en prison d’un militant de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), principale formation politique d’opposition, ainsi que pour protester contre les modalités de préparation des prochaines élections. Mais le rassemblement a rapidement pris la forme de violents affrontements, les forces anti-émeutes répondant par des gaz lacrymogènes aux jets de pierres des manifestants.

 

Mardi soir, après une journée d’échauffourées, le gouvernement a annoncé qu’il interdirait les rassemblements d’opposition des deux jours suivants, ce qui a provoqué la colère des manifestants, pour la plupart étudiants, selon notre Observateur.

 

Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre dans le quartier de Kodjoviakopé, à Lomé.

 

Depuis, plusieurs quartiers de la capitale ont été le théâtre de violences. Des barricades ont été dressées et des pneus incendiés dans les quartiers de Hanoukopé et Kodjoviakopé.

 

Notre Observateur sur place, Frédérique Attiepou, est militant d’opposition. Il affirme que si le calme est relatif ce vendredi, les affrontements pourraient reprendre samedi, jour hebdomadaire de mobilisation de l’opposition.