Un attentat à la voiture piégée a été perpétré, vendredi 19 octobre, dans le quartier est de Beyrouth, faisant au moins huit morts et plusieurs dizaines de blessés. Sur place, un habitant revient sur cet après-midi chaotique.
 
L'explosion, qui n’a pas encore été revendiquée, a eu lieu place Sassine dans le quartier chrétien d'Achrafieh.
 
 
Vue aérienne des dégats de la déflagration, le quartier chrétien d'Achrafieh, Beyrouth

"Les gens pleuraient, criaient"

Ziad Mabsout est analyste financier. Il travaille et vit à Beyrouth.
 
 La place Sassine est un quartier chrétien. Pendant la journée, il est très fréquenté. Il abrite des sièges de banques, de grandes sociétés… Mon bureau se trouve à environ 300 mètres du lieu de l’explosion. La détonation a été si forte que j’ai senti les murs trembler. Je me suis tout de suite rendu sur place pour voir ce qui s’était passé. Il y avait des voitures calcinées et des vitres brisées jonchaient le sol. Les ambulances et les camions de pompiers n’arrêtaient pas de faire la navette. Les gens pleuraient, criaient. Tout le monde était effrayé. Moi le premier. La déflagration a vraiment dû être puissante car il y avait des bris de verre à au moins cent mètres à la ronde. J’ai voulu appeler de mon portable ma famille et des amis mais la connexion était coupée. La situation était chaotique.