Accéder au contenu principal
IRAK

Les Irakiens au style rock sont traqués et exécutés par des milices islamistes

3 mn

 Des adolescents au look rock et branché sont pris pour cible depuis quelques semaines en Irak. Leur apparence, jugée "diabolique" et "efféminée" par des islamistes, a déjà valu à des dizaines d’entre eux d’être tués de manière particulièrement barbare.

Publicité

Photo d'un emo irakien tué à Bagdad.

 

Des adolescents au look rock et branché sont pris pour cible depuis quelques semaines en Irak. Leur apparence, jugée "diabolique" et "efféminée" par des islamistes, a déjà valu à des dizaines d’entre eux d’être tués de manière particulièrement barbare.

 

Depuis le début du mois de mars, ce sont près de 90 "emos" qui auraient été tués en Irak par des milices islamistes, selon le décompte du journal libanais Al-Akhbar. Un chiffre que l'organisation Amnesty International dit ne pas pouvoir vérifier. Le mot "emo" vient d’"emotional hardcore", un style musical s’apparentant au rock et dont les musiciens ont adopté un look particulier. Les "emos" portent généralement les cheveux longs, très noirs, parfois avec des mèches aux couleurs vives (rose ou turquoise). Les vêtements sont ajustés et maquillage sombre pour les filles.

 

Cette apparence particulière est mal vue par la majorité de la société irakienne, très conservatrice, et en particulier par la communauté chiite. Moqtada al-Sadr, leader chiite irakien, a même traité les "emos" de "fous et stupides". Quant au ministère de l’Intérieur irakien, non seulement il ne condamne pas clairement ces crimes mais il semble les excuser en insistant, dans un communiqué, sur la crainte des Irakiens de voir "se propager, via les emos, l’homosexualité et le suicide". Les officiels se contentent ainsi de demander aux parents de faire attention au style vestimentaire de leurs enfants. L’organisation Human Rights Watch a condamné la position du gouvernement irakien qui contribue "à alimenter l’atmosphère de peur et de panique générée par les actes de violence à l’encontre des emos".

Le sort des "emos" irakiens attire peu de compassion dans le reste du monde arabe. Certains journaux de la région, notamment en Égypte ou aux Émirats arabes unis, vont jusqu’à assimiler les "emos" irakiens à des "vampires" et des "descendants de Dracula".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.