AFGHANISTAN

Vidéo des soldats américains en Afghanistan : "Nous n'aimons pas les Taliban, mais ce sont des êtres humains"

 Deux de nos Observateurs en Afghanistan réagissent à la vidéo amateur qui embarrasse l’armée américaine. 

Publicité

 

Deux de nos Observateurs en Afghanistan réagissent à la vidéo amateur qui embarrasse l’armée américaine.

 

Dans cette vidéo amateur, on peut voir quatre hommes vêtus de l’uniforme du corps des Marines américains uriner sur trois cadavres présentés comme ceux d'insurgés talibans. Apparemment conscients qu’une autre personne est en train de les filmer, l’un d’entre eux lance un "Passe une bonne journée, mon pote" à l’un des corps inertes sur le sol.

 

Cette vidéo a été diffusée sur Internet sans précisions en ce qui concerne la date ou le lieu de l’enregistrement. Elle n’a pas encore été authentifiée, mais le corps des Marines américains a déjà réagi en annonçant mercredi qu’une enquête a été ouverte, la scène ayant été vraisemblablement filmée lors d'une opération en Afghanistan. La force de l'Otan en Afghanistan a précisé dans un communiqué que les militaires de la vidéo "ne servent vraisemblablement plus en Afghanistan".

 

 

 

Les talibans ont "condamné" jeudi cette vidéo, dénonçant un "acte barbare", mais précisant que cet incident n’interromprait pas les négociations en cours avec les Etats-Unis concernant la libération de leurs combattants emprisonnés à Guantanamo.

 

Le président afghan, Hamid Karzai s’est également indigné contre cet acte "simplement inhumain" et condamné "la profanation du corps de trois Afghans". Il a demandé au gouvernement américain d'"appliquer la punition la plus sévère envers quiconque serait reconnu coupable de ce crime".

 

Sur un contingent de 100 000 soldats américains, on compte environ 20 000 Marines déployés en Afghanistan, principalement dans les régions de Kandahar et Helmand, bastions des talibans.

 

"C’est inacceptable. Et ce n’est pas juste une question de respect des traditions religieuses ou de croyances"

Nour Afgha (pseudonyme) est un jeune Observateur de Kaboul.

 

Cette vidéo a été diffusée par l’une des chaînes de télévision les plus populaires du pays, mais moi je l’ai découverte sur Facebook. J’ai été choqué par ces images. Ce n’est pas une question de respect des traditions religieuses ou de croyances, c’est inacceptable parce qu’en tant qu’êtres humains, nous méritons tous le respect. Que ces hommes soient des Taliban ou non, il est insupportable de voir comment ils sont traités. Je n’ai pas osé montrer cette vidéo autour de moi, car je ne veux pas heurter mon entourage.

 

Une vidéo comme celle-ci peut nuire aux négociations de paix entre les Taliban et la communauté internationale. Elle tombe au plus mauvais moment."

"Nous n’aimons pas les Talibans, mais ce sont des êtres humains"

Aziz travaille dans une entreprise de logistique à Kaboul.

 

J’ai vu cette vidéo à la télévision. Elle m’a rendu très triste car c’est une violation des droits de l’Homme. Même une guerre à des règles. Nous n’aimons pas les Taliban, mais ce sont des êtres humains.

 

S’il n’y avait pas eu de caméra, le geste de ces soldats n’aurait jamais eu de conséquences. Mais maintenant, ils ne pourront pas nier ce qui s’est passé.

 

"Les soldats américains sont détestés par le peuple afghan"

 

Il est évident que les soldats américains vont perdre encore plus la confiance de la population. Aujourd’hui, les soldats américains sont détestés par le peuple afghan car ils ne respectent pas notre culture, ils considèrent que l’Afghanistan c’est leur pays, leur propriété. Dans le sud et l’est du pays, là où la guerre fait rage en raison de la présence des Taliban, ils fouillent dans les maisons sans demander l’autorisation à personne. Dans la culture pachtoune [ethnie majoritaire aux frontières afghano-pakistanaises], c’est une offense très grave.

 

Je pense qu’avec cette vidéo, on peut s’attendre à la fin de la coopération entre population civile et les forces étrangères."

Billet écrit en collaboration avec Cécile Loïal, journaliste à France 24.