Un dos d’âne déborde sur la nouvelle piste cyclable.
 
Moscou et ses 11.5 millions d’habitants viennent de s’offrir leur toute première piste cyclable, inaugurée en grande pompe cet été par les responsables de la ville. Mais l’excitation des cyclistes a été de courte durée. Ils ont vite constaté que la piste en question était semée d’embûches.
 
Ces photos, postées par des cyclistes de Moscou, parlent d'elles-mêmes. Les pistes à double sens font parfois moins d'un mètre de large, à d'autres endroits elles sont tout simplement obstruées par des barrières. Et la circulation est d’autant plus difficile que les automobilistes ne semblent pas voir l’utilité de ces pistes peintes en vert et n'hésitent donc pas à s’y garer.
 
Les cyclistes doivent contourner toutes sortes d’obstacles, comme cette barrière. Photo : Maxim Pshenichnikov.
 
La piste passe sur les bouches d’égout. Photo : Alexander Tugunov.

"On apprécie le geste mais franchement, autant ne rien faire"

Maxim Pshenichnikov est un scientifique russe qui vit actuellement en Hollande, le pays du vélo. Il a pris ces photos lors d’un de ses voyages à Moscou.
 
Cette piste, qui est située aux alentours du quartier de l’université publique de Moscou, est une illustration parfaite du fameux dicton : "La Russie a deux grands problèmes : les imbéciles et les routes"
 
Aux Pays-Bas, où je réside, tout est fait pour les cyclistes. Le système est basé sur un principe simple : le cycliste a toujours raison. Je ne suis pas certain qu’un tel consensus puisse exister à Moscou. Mais on peut imaginer que cette règle soit au moins respecter autour de l’université.
 
Le campus de l’université de Moscou est immense et se prête parfaitement à une circulation à vélo. Et qui d’autre pourrait montrer l’exemple si ce n’est la plus grande université de Russie ? Le problème, c’est que la piste a été peinte à même le sol et non fabriquée avec un asphalte coloré. Par ailleurs, les constructeurs ne se sont pas souciés de savoir si les cyclistes étaient à une distance raisonnable des voitures.
 
Les autorités ont voulu tout faire comme en Europe mais il se trouve qu’au final, et c’est souvent comme ça en Russie, on apprécie le geste mais franchement, autant ne rien faire. Mais je ne suis pas entièrement pessimiste. Moscou a maintenant sa première piste cyclable, avec un peu de chance, elle s’améliorera avec le temps."
 
Une piste cyclable à double sens d’un mètre de large. Photo : Maxim Pshenichnikov.
 
Les conducteurs ne semblent pas avoir compris que rouler sur ces pistes constitue une infraction. Photo : Maxim Pshenichnikov
.

"On ne peut pas dire que Moscou a fait des progrès pour accueillir les cyclistes"

Andrey Noskoff habite à Moscou. Fan de cyclisme, il prend son vélo tous les jours pour aller travailler.
 
Moscou n’est pas une ville qui prend en compte les cyclistes. C’est le moins qu’on puisse dire. Pour les gens comme moi qui font une utilisation quotidienne du vélo, le principal souci, ce sont les routes qui sont justes mauvaises. Elles sont sales et l’eau de pluie s’évacue très mal. Parfois, vous tombez sur des canalisations à ciel ouvert, et quand je dis "ciel ouvert ", c’est juste un énorme trou sans grille ou plaque de protection.
 
Sans compter que les endroits pour garer son vélo sont quasiment inexistants. Donc en général, on les attache sur des poteaux, des barrières ou des arbres avec évidemment le risque de se le faire voler.
 
Quand on fait la liste de ces problèmes, difficile de dire que Moscou a fait des progrès pour accueillir les cyclistes. Mon réparateur de vélo a constaté que non seulement, il n’y avait pas plus de monde en vélo mais qu’en fait, leur nombre a baissé et ce malgré le temps magnifique que nous avons eu cet été."
 
Vidéo : Alexander Tugunov.  Ces images ont été filmées à la fin du mois d’août, certains problèmes ont cependant été résolus depuis. 
 
 
Billet écrit avec la collaboration d’Ostap Karmodi, journaliste.