SYRIE

Les blindés investissent Al-Rastan : "c'est une punition collective"

 La ville d’Al-Rastan, au centre-ouest de la Syrie, s’est réveillée aujourd’hui au bruit des blindés. Une quarantaine de véhicules de l’armée et un grand nombre de soldats s’y sont déployés dès l’aube. Sur place, notre Observateur nous décrit la situation.

Publicité

 

La ville d’Al-Rastan, au centre-ouest de la Syrie, s’est réveillée aujourd’hui au bruit des blindés. Une quarantaine de véhicules de l’armée et un grand nombre de soldats  s’y sont déployés dès l’aube. Sur place, notre Observateur nous décrit la situation.

 

La ville d’Al-Rastan se situe à mi-chemin entre Homs et Hama, deux villes qui ont été particulièrement touchées par la répression. L’armée intervient également aujourd'hui près de la frontière libanaise.

"C’est une sorte de punition collective"

Hassan est un militant du Comité de coordination de la ville d’Al-Rastan.

 

L’intervention des forces armées a commencé aux alentours de 5h30 ce matin. Elles se sont positionnées à l’entrée de la ville. Il y avait des points de contrôle, mais certains habitants ont pu fuir tout de même. Mais depuis que les soldats sont dans la ville, se hasarder dans la rue est devenu très risqué. Une femme a été tuée et trois autres personnes blessées ce matin [ce bilan pour l'instant invérifiable]. L’armée tire dans tous les sens en sillonnant les rues, notamment sur les façades des maisons.

 

Un char et des tirs sur les façades des maisons à Al-Rastan. Vidéo postée sur YouTube.

 

Je pense qu'il y a deux raisons à cette intervention. Il y a eu des manifestations importantes à Al-Rastan ces derniers jours, mais surtout il y a eu de nombreuses défections de soldats dans ma région. Je pense que l’opération militaire est une sorte de punition collective."

 

Manifestation dimanche soir à Al-Rastan. Vidéo postée sur YouTube.

Cet article a été rédigé en collaboration avec Sarra Grira, journaliste à France 24.