CHINE

Les habitants de Dalian obtiennent le déplacement d’une usine chimique : "Toutes les classes sociales ont manifesté"

 Dimanche, des milliers de manifestants se sont rassemblés dans la ville de Dalian, dans le nord-est de la Chine, pour demander le déplacement d’une usine de produits chimiques. Notre Observatrice sur place nous explique pourquoi, selon elle, les manifestants ont obtenu gain de cause.

Publicité

 

Dimanche, des milliers de manifestants se sont rassemblés dans la ville de Dalian, dans le nord-est de la Chine, pour demander le déplacement d’une usine de produits chimiques. Notre Observatrice sur place nous explique pourquoi, selon elle, les manifestants ont obtenu gain de cause.

  

Le cortège s’était donné rendez-vous devant les bureaux du gouvernement local au cri de "Fujia, dehors !", en référence au groupe qui détient l’usine de paraxylène (PX), un liquide toxique utilisé dans la production du polyester. Les habitants de Dalian étaient déjà traumatisés par la fuite de pétrole qui avait saccagé le port industriel de la ville en 2010. Ils ont donc été particulièrement alarmés par la rupture d’une digue à proximité de l’usine, après le passage de la tempête Muifa, qui laissait craindre une fuite de produits chimiques.

 

La catastrophe a finalement été évitée. Le maire a par ailleurs promis de délocaliser l’usine après cet incident, mais cela n’a pas suffi à calmer la colère des habitants qui ont manifesté toute la journée de dimanche jusqu’à être dispersés par la police anti-émeute. Un peu plus tard dans la journée, les autorités locales annonçaient qu’elles avaient ordonné la fermeture "immédiate" de l’usine

 

La mobilisation de Dalian est significative de l’inquiétude croissante de la population concernant les dangers environnementaux en Chine. Le gouvernement de Pékin a fait savoir qu’il souhaitait limiter la pollution mais dans de nombreuses provinces les habitants continuent de se plaindre des autorités locales qui privilégient la croissance au détriment de l’environnement.

 

 

 

Sur cette vidéo, postée sur YouTube par haoming2011, des manifestants organisent une "promenade" pour demander à ce que l’usine soit déplacée.

 

Sur cette vidéo, postée sur YouTube par RandyZew, des manifestants se rassemblent devant la mairie de Dalian. Des dirigeants locaux, perchés sur un véhicule de police, tentent de calmer la foule.

"Je n’avais jamais vu les habitants aussi unis"

 

Rosemary (pseudonyme) vit à Dalian.

 

Par le passé, Dalian était un endroit magnifique. Elle était connue pour être une des villes les plus agréables de la région. Mais ces dernières années, les rues sont devenues de plus en plus sales. La circulation y est très difficile et les habitants sont sur les nerfs. L’usine de paraxylène (PX) a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Tout ce que nous encaissions depuis des années a ressurgi.

 

Nous voudrions retrouver une ville propre comme avant, mais le gouvernement local ne cesse de développer l’immobilier et ce pour son propre intérêt, en ignorant la volonté des habitants. Et pour gonfler le PIB, il autorise l'implatation d'usines de produits toxiques.

 

"Le rassemblement a été civilisé et pacifique"

 

Ici, les gens sont en général très calmes. Personne ne s’attendait à ce que nous sortions dans la rue comme ça pour résister. Je n’avais jamais vu les habitants aussi unis. Toutes les classes sociales étaient présentes. La plupart des manifestants étaient des jeunes nés dans les années 1980. Les appels à manifester ont essentiellement circulé en ligne et la plupart des médias traditionnels n’en ont simplement pas parlé [de nombreuses photos et vidéos des manifestations ont été postées sur les réseaux sociaux mais les recherches concernant les mots 'Dalian', 'PX, ou 'promenade', une alternative chinoise aux manifestations, ont été très rapidement censurées par les autorités].

 

Au début, je pensais que sortir dans la rue n’était pas une bonne idée et puis je me suis dit que nous n’avions pas le choix. Le rassemblement a été civilisé et pacifique. On peut considérer que nous avons en partie gagné : car le secrétaire du comité du Parti communiste chinois pour Dalian nous a dit que l’usine serait déplacée mais il n’a pas donné de date exacte. Et les manifestants veulent une date."

 

 

Les manifestants ont rebaptisé l’usine “bombe à retardement”. Photo postée sur le forum Weibo

Billet écrit avec la collaboration de Gaëlle Faure, journaliste à FRANCE 24.