ROYAUME-UNI

Un Observateur à Tottenham : "Quelque chose devait arriver"

 Vitres brisées, immeubles incendiés, bus décapité : les images amateur en provenance du nord de Londres révèlent la violence des émeutes de ces deux dernières nuits entre jeunes de quartiers et policiers. Selon notre Observateur, un habitant de Tottenham, les coupes budgétaires ont été un des déclencheurs de cette colère.  

Publicité

Tottenham, après les émeutes. Photo: @ravisomaiya.

 

Vitres brisées, immeubles incendiés, bus décapité : les images amateur en provenance du nord de Londres révèlent la violence des émeutes de ces deux dernières nuits entre jeunes de quartiers et policiers. Selon notre Observateur, un habitant de Tottenham, les coupes budgétaires ont été un des déclencheurs de cette colère.

 

Au cours des deux dernières nuits, plus de 100 personnes ont été arrêtées et au moins 35 policiers ont été blessés dans des heurts d’une extrême violence. Les émeutes ont été déclenchées par la mort d’un homme de 29 ans, Marc Duggan, tué le 4 août lors d’un échange de tirs avec la police dans le quartier multiethnique de Tottenham. Plusieurs riverains avaient décidé de se rassembler samedi 6 août dans la soirée pour réclamer "justice". La manifestation a dégénéré en pillages et en incendies.

 

Dans la nuit de samedi à dimanche, les émeutes ont repris de plus belle, s’étendant à d’autres quartiers du nord de Londres ainsi qu’à Brixton au sud de la capitale. Lundi 8 août, plusieurs zones de Tottenham et de Brixton étaient encore interdites d’accès par la police.

 

Une enquête a été ouverte sur la mort de Marc Duggan. Le jeune homme a été tué lors d’une tentative d’arrestation de l’Opération Trident, une unité d’investigation criminelle qui travaille dans la communauté noire de Londres. Une veillée à la bougie est organisée lundi soir pour lui rendre hommage. Le rassemblement se fera sous haute surveillance policière.

 

Incendies à Brixton, dans le sud de Londres, le 8 août au petit matin. Photo: Emma Reynolds and Ailsa Leslie.

 

Incendies suite aux émeutes de Tottenham, le 7 août. Vidéo publiée sur YouTube par horrificstorms.

 

Un opticien devalisé à Wood Green, dans le nord de Londres. Vidéo publiée sur YouTube par CtrlAltxDeletex.

“Notre communauté a besoin de réponses à ses questions”

Keith Flett est syndicaliste et vit à Tottenham depuis plus de vingt ans.

 

Je regardais le match de football dans un restaurant. Je suis sorti dehors vers 23 heures et les violences avaient déjà bien commencé. Les émeutiers formaient une foule mixte, avec des personnes noires, blanches, des jeunes et des moins jeunes. Partout ça brûlait, les gens couraient. Ce n’est pas trop le genre de situation dans laquelle on aime se retrouver, alors je suis rentré chez moi.

 

Je suis retourné dans la rue principale le lendemain. Plusieurs des quelques anciens immeubles de notre quartier ont été bien dégradés. Des gens ont perdu leur domicile car ils étaient juste au dessus des boutiques incendiées.

 

C’est la fusillade qui a tout déclenché. Nous voulons vraiment une enquête indépendante et pas une enquête interne à la police. Duggan n’avait sûrement pas un comportement irréprochable, mais cela ne signifie pas qu’il méritait de mourir.

 

“Ces gamins traînent dehors et s’ennuient”

 

Ces émeutes font resurgir un autre problème. Les coupes budgétaires qui touchent les services publics ont entraîné la fermeture de la moitié des centres de jeunesse de Tottenham [Les études du soir et les centres de conseils d’orientation ont aussi fermé cette année]. Ces endroits étaient un moyen unique pour eux de sortir et de faire du sport.

 

Il existait aussi un programme qui permettait aux 16 –-18 ans de bénéficier de petites indemnités, par exemple des primes pour les inciter à continuer d’aller en cours. Mais suite au plan de rigueur, ce programme a été annulé. Maintenant, ces gamins traînent dehors et s’ennuient. On s’attendait d’une manière ou d’une autre à ce que quelque chose arrive. Mais maintenant, nous avons besoin de comprendre les conséquences concrètes de ces restrictions budgétaires sur la communauté.

 

Ces coupes n’expliquent pas à elles seules les émeutes, mais elles sont un des éléments de ce cocktail explosif. Les gens se disent "Qu’est ce que j’ai à perdre ?". Tottenham présente un taux de chômage élevé, le racisme pose aussi un gros problème et beaucoup de personnes sont totalement exclues du système. Malgré cela, il y a pourtant un véritable esprit de communauté, c’est pourquoi nous devons pouvoir nous saisir de tous ces problèmes ».

 

 

Un magasin de tapis, avant et après les émeutes à Tottenham samedi. Photos, de haut en bas: Google Earth; @ravisomaiya.

 

Le magasin de chaussures Foot Locker à Brixton, après les émeutes. Photo: Luke Massey.