Togo

Vers une sortie de la crise estudiantine à Lomé ?

Publicité

 

Cela fait plus de cinq semaines que la capitale togolaise vit au rythme des manifestations des étudiants. Le syndicat étudiant du MEET (Mouvement pour l'épanouissement de l'étudiant togolais) avait appelé, pour le vendredi 1er juillet, à une nouvelle marche vers la Primature (lieu où travaille le Premier ministre) pour demander la suspension de l'exclusion de l'université d'Abou Seybou, le président de cette formation.

 

Le conseil de discipline de l'Université de Lomé avait décidé quelques jours auparavant d'exclure le dirigeant syndical au motif que les derniers appels à la grève sur le campus avaient dégénéré. Devant la pression des étudiants, rejoints par l'opposition, le conseil est finalement revenu sur sa décision dans la nuit du jeudi 30 juin au vendredi 1er juillet et l'a fait savoir par un communiqué. En retour, la direction du MEET avait indiqué accepter de renoncer à sa marche. Malgré cet accord, les jeunes sont sortis vendredi dans les rues, où ils ont affronté les forces de l'ordre. 

 

Ces échauffourées n'ont toutefois pas interrompu le dialogue entamé plus tôt. Dès le samedi 2 juillet, le MEET et les autorités togolaises ont en effet décidé de reprendre les négociations et ont appelé à un retour au calme.

 

Toutes ces photos ont été prises vendredi 1er juillet dans les rues de Lomé par Charles Lebon, blogueur sur TogoCouleurs, un site de Mondoblog.