Lac Houston, Texas. Photo publiée sur Flickr par Dasroofless
 
L’État du Texas connaît depuis plusieurs semaines l'une des pires sécheresses de son histoire. Alors que les lacs s’assèchent et que les pâturages brûlent au soleil, les premières mesures de limitation de la consommation d’eau ont été mises en place à Houston, où vivent plus de 2 millions de personnes.
 
À la mi-juin, 64% des terres de l’État étaient considérées comme “exceptionnellement sèches” par l’US Drought Monitor. Dans le centre du Texas, le niveau de certains lacs, utilisés comme centres touristiques mais aussi comme réservoirs d’eau pour les populations des villes, a déjà baissé de moitié. Et dans les campagnes, de nombreux éleveurs texans sont contraints de vendre précipitamment leurs troupeaux, qui n'ont plus de quoi paître sur les pâturages.
 
Un État brûlé par le soleil
À la fin du mois de mai, la région du Texas Panhandle et les zones de Rolling Plains et de South Plains étaient déjà brûlées par le soleil. Sur ces images, le lit des rivières est à sec et des tempêtes de poussière balaient le paysage. Vidéo postée par Agrilife.
 
Le 17 juin, les autorités de Houston, quatrième ville des États-Unis, ont enclenché la première étape du plan de limitation de la consommation de l’eau en zone urbaine. L’objectif est de réduire la consommation de la ville de 10 %. Les autorités demandent par exemple aux habitants d’arroser leurs jardins dans la soirée plutôt que dans la journée, ou d’éviter de laver leur voiture.
 
Au mois d’avril, la sécheresse avait conduit à une importante vague d’incendies au nord du Texas. Le gouverneur de l’État, Rick Perry, avait même demandé à ce que ses administrés prient pendant trois jours pour faire revenir la pluie.
Le Texas n’avait pas connu huit mois consécutifs d’une telle sécheresse depuis au moins 1890, année de la création des registres climatologiques.
 
Un tatou assoiffé s’approche d’un tuyau d’arrosage
Normalement très sauvage, ce bébé tatou est contraint de se rapprocher d’une maison pour trouver un peu d’eau. Vidéo filmée au sud du Texas et postée sur YouTube

Des plages se dessinent autour des lacs texans
Cette vidéo a été prise le 14 juin sur les rives du lac Houston, au nord de la ville. L’internaute qui l’a postée sur YouTube commente : "Je n’ai jamais vu le niveau de ce lac aussi bas. C’est cette eau que boit Houston. Ça devient vraiment sérieux. Le niveau du lac a baissé de près de 2 mètres."
 
Une chouette se rafraîchit devant une maison texane
 Vidéo publiée sur YouTube. 

"L’herbe a laissé la place à des carrés de poussière"

Ted Amaro travaille dans le secteur tertiaire à Houston.
 
Pour le moment, les mesures de limitation sont surtout une question de bons sens. L’impact sur la vie quotidienne n’est pas très important. Mais il fait clairement beaucoup trop chaud pour passer du temps dehors. Et on a beau essayer d’arroser nos jardins, les plantes sont quasiment toutes mortes. Et l’herbe a entièrement disparu à certains endroits pour laisser la place à des carrés de poussière. La végétation habituelle a été remplacée par des espèces sauvages plus robustes et épineuses.
 
Sur les panneaux électroniques installés sur les routes de Houston, les autorités mettent surtout en garde contre les risques d’incendies. Ils ont même interdit l’utilisation des feux d’artifice pour la fête nationale, le 4 juillet.
 
Pendant ces périodes de sécheresse, on compte beaucoup sur nos lacs. Mais nous, les Américains, nous ne stockons pas d’eau [le Texas connaît des périodes de fortes pluies en hiver et l’eau pourrait être conservée]. On est avant tout des consommateurs, mais je pense que si les tendances climatiques continuent sur cette lancée, on va devoir s’adapter. Par exemple, en installant des réservoirs privés près de nos maisons."
  Vidéo filmée dans le jardin de Ted Amaro à Houston. 
 
Ce billet a été rédigé avec la collaboration de Ségolène Malterre, journaliste à FRANCE 24.