ÉTATS-UNIS

Illinois : la police anti-émeutes chargée de mater les étudiants turbulents

La fête de fin d’année des étudiants de l’université de Western Illinois était, certes, un peu sauvage. Mais les débordements de quelques jeunes un peu soûls méritaient-ils une intervention policière aussi violente ?

Publicité

Capture d'écran d'une vidéo postée sur YouTube par Tim Muto.

 

La fête de fin d’année des étudiants de l’université de Western Illinois était, certes, un peu sauvage. Mais les débordements de quelques jeunes un peu soûls méritaient-ils une intervention policière aussi violente ?

 

Vidéo amateur de l'arrivée de la police anti-émeutes dans la rue de Wheeler Street. Vidéo postée sur YouTube.

 

Des images amateur circulant sur YouTube témoignent du désordre qui régnait lors de cette fête étudiante ("Wheeler Street Block") qui a réunit cette année environ 3000 personnes. L’une des vidéos montre notamment des étudiants qui démolissent puis mettent le feu à un panneau de signalisation.

Selon le chef de la police de Macomb, Curt Barker, c’est ce début d’incendie qui a poussé les policiers à faire appel à une brigade anti-émeutes pour calmer les ardeurs des étudiants. Des jeunes ivres auraient alors jeté des bouteilles de bière contre les policiers qui se déployaient, poussant ces derniers à faire usage de gaz lacrymogène.

 

Des étudiants mettent le feu à un panneau de signalisation. Vidéo postée sur YouTube.

 

Certaines vidéos tournées par les étudiants avec leurs téléphones portables montrent pourtant des policiers aspergeant de gaz lacrymogène des personnes qui se tenaient à l’écart de l’affrontement.

 

Des étudiants s'échappent en courant et crient sous les jets de gaz lacrymogène. Vidéo postée sur YouTube.

 

Les parents de plusieurs étudiants ont fait pression sur l’université de Western Illinois et sur la police locale pour qu’une enquête soit lancée sur cet incident.

 

 

“Ils étaient là, debout, attendant une excuse pour intervenir”

Tim Muto est étudiant à l’université de Western Illinois. Il est l’auteur de l’une des vidéos postées sur YouTube.

 

J’étais chez un ami qui vit au coin de la rue Wheeler Street. On faisait la fête. La police était positionnée dans une maison abandonnée située dans l’une des rues parallèles. Les agents faisaient leurs patrouilles, tout était tranquille. Soudain, les policiers ont quitté leurs positions et ont formé une ligne, comme une barricade humaine, à l’est de la rue Wheeler Street. J’ai pu les observer depuis la maison de mon ami. Ils étaient si nombreux que certains se trouvaient - ce qui est illégal - dans les jardins des habitants du quartier.

 

Les policiers anti-émeutes forment une barrière humaine dans la rue Wheeler Street. Vidéo postée sur YouTube  par Tim Muto.

 

Ils étaient là, debout, attendant une excuse pour intervenir. Les policiers anti-émeutes ont ensuite commencé à repousser les gens dans les maisons avec violence et en utilisant du gaz lacrymogène.

 

Ces assauts se sont poursuivis même après que la foule s'est dispersée. C’était comme s'ils ne voulaient pas que les gens restent dans leurs jardins. Ensuite, la police anti-émeutes a même poursuivi les gens dans leur propre maison. Il devenait difficile de respirer à l’intérieur des habitations à cause du gaz lacrymogène. Mais on ne pouvait pas non plus rester dehors.

 

Vidéo de la police anti-émeutes positionnée dans la rue Wheeler Street. Vidéo postée sur YouTube par Tim Muto.

 

Ici, c’est la première fois que des évènements de cette ampleur ont lieu lors d’une fête de fin d’année. J’en tremble encore, rien qu’en y pensant. Je me rappelle encore des cris des personnes agressées. Je suis incapable de revoir ma propre vidéo. Mon ami a été l’une des premières personnes bousculées par les forces de l’ordre, comme vous pouvez le voir sur mes images.”