SYRIE

La vidéo du soldat déserteur : info ou intox ?

 Les récits de soldats passés du côté de insurgés se multiplient sur Internet, notamment depuis le siège de Deraa (sud du pays), la semaine dernière. Cette vidéo, où un homme en treillis affirme avoir déserté la garde républicaine, semble donc tomber à point nommé pour confirmer la rumeur. Elle nous a d’ailleurs été envoyée par plusieurs internautes et elle est abondamment discutée sur le Web syrien. Mais s’agit-il d’une mise en scène ?

Publicité

 

Les récits de soldats passés du côté des insurgés se multiplient sur Internet, notamment depuis le siège de Deraa (sud du pays), la semaine dernière. Cette vidéo, où un homme en treillis affirme avoir déserté la garde républicaine, semble donc tomber à point nommé pour confirmer la rumeur. Elle nous a d’ailleurs été envoyée par plusieurs internautes et elle est abondamment discutée sur le Web syrien. Mais peut-il s’agir d’une mise en scène ?

 

"Je m’appelle Walid Al Qash’ami, je suis soldat de la garde républicaine dans la division de Qassioun [aux environs de Damas]. Voici ma carte d’identité militaire et ma plaque, qui nous est donnée uniquement en temps de guerre."

 

C’est en ces termes que l’homme, habillé en uniforme de la garde républicaine, se présente. Il s’attarde ensuite sur les circonstances de sa désertion. Selon son témoignage, son commandant aurait mobilisé son équipe en prétendant qu'il s'agissait de neutraliser un groupe armé qui tirait sur la population à Harasta, dans les environs de Damas. Mais une fois sur place, le soldat aurait découvert que les hommes armés étaient en réalité des manifestants pacifiques. Il explique aussi que les policiers présents sur place n’ont pas hésité à leur tirer dessus. Il rapporte avoir reçu lui aussi l’ordre de tirer sans sommation. Mais il affirme que lui et cinq de ses frères d’armes ont choisi de désobéir aux ordres. Il raconte même avoir été protégé par la foule des policiers qui l’avaient pris pour cible.

 

Le récit est crédible et très détaillé, mais nos Observateurs syriens émettent des réserves quand à son authenticité. D’abord parce que l’homme débite son histoire sans la moindre hésitation, comme s’il l’avait apprise par coeur. Ensuite parce que la façon dont il montre sa carte d’identité militaire est semble étrange : si toutes les informations sont lisibles (nom, prénom, numéro de la carte, nom du père, etc), la photo, elle, semble floutée.

 

ACTUALISATION - 4/05 à 17h, heure de Paris : FRANCE 24 a contacté Wissam Tarif, qui dirige l'Insan, une organisation de défense des droits de l'Homme. Celui-ci affirme avoir contacté des habitants du village dont le soldat dit être originaire. Selon les personnes qu'il a réussi à joindre, un jeune du nom de Walid Al Qash’ami habitait bien dans la localité. Ce dernier effectuait son service militaire, mais il aurait déserté. Aujourd'hui, toute la famille aurait d'ailleurs fui le village.

 

 

Vidéo publiée sur YouTube.

 

Cet article a été rédigé en collaboration avec Sarra Grira, journaliste à France 24.