CÔTE D’IVOIRE

Les forces de Ouattara attaquent leurs anciens alliés du Commando invisible

 Ce matin de nouveaux affrontements ont éclaté à Abidjan. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un face-à-face entre pro-Gbagbo et pro-Ouattara, mais d’une guerre intestine entre les FRCI et le commando invisible, les deux groupes armés qui s’étaient alliés pour faire chuter Laurent Gbagbo.

Publicité

ACTUALISATION (28-04-11, 9H50) :  Ibrahim Coulibaly a trouvé la mort, mercredi, lors de l'offensive des forces républicaines fidèles à Alassane Ouattara contre son fief, dans le nord d’Abidjan.

 

 

Ce matin de nouveaux affrontements ont éclaté à Abidjan. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un face-à-face entre pro-Gbagbo et pro-Ouattara, mais d’une guerre intestine entre les FRCI et le Commando invisible, les deux groupes armés qui s’étaient alliés pour provoquer la chute de Laurent Gbagbo.

Les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) du président élu Alassane Ouattara ont lancé le 27 avril une offensive contre le fief d’Ibrahim Coulibaly, dit IB, chef autoproclamé du Commando invisible, ce mystérieux groupe de combattants qui avaient défendu le quartier pro-Ouattara d’Abobo à Abidjan contre les Forces de sécurité de Laurent Gbagbo.

Alassane Ouattara avait menacé trois jours auparavant de "désarmer par la force" les hommes d’IB s'ils ne déposaient pas "rapidement" les armes. De son côté, l’adjoint d’Ibrahim Coulibaly a dit, ce matin, être surpris par cette attaque, affirmant que son chef avait bien demandé à ses combattants de déposer les armes.

Selon plusieurs témoignages, la situation s’était calmée le 26, en fin d’après midi. Nous ne savons pas à l’heure actuelle si les FRCI contrôlent le quartier de PK18.

Ibrahim Coulibaly était l’un des instigateurs du premier coup d’État, en 1999, qui avait renversé le président Henry Konan Bédié. Il était aussi l’un des leaders de la rébellion de 2002 qui avait échoué à renverser Laurent Gbagbo. Adversaire historique de l’actuel premier ministre Guillaume Soro au sein de cette rébellion, il est soupçonné d’avoir voulu l’assassiner en 2007 dans un attentat.

 

Si vous avez des images de l’assaut, contactez-nous à observers@france24.com.

 

"IB n’a pas joué de rôle décisif dans la chute de Gbagbo"

Seri habite dans la commune d’Abobo à quelques kilomètres du quartier de  PK18.

Ce matin, vers 8 heures, j’ai vu une première colonne de blindés et de 4*4 aller en direction du quartier de PK18. Une heure plus tard, une autre colonne est passée. C’était très impressionnant. En tout, j’ai vu une centaine de véhicules des FRCI. Et depuis ce matin, toutes les voitures qui vont en direction de PK18 sont bloqués à l’entrée du quartier. La zone n’est plus accessible. Mais on n’a aucune information sur ce qui se passe.

IB s’est autoproclamé le chef du commando invisible. [Le 16 mars, IB avait organisé une conférence de presse pour dévoiler que c’était lui le chef du commando]  Mais le commando existait déjà avant son arrivée dans le quartier de PK18 en février. Il était constitué des jeunes d’Abobo et des anciens rebelles qui affrontaient les forces de Gbagbo. Selon moi, il a usurpé le nom de ‘commando invisible’ pour récupérer les faits d’armes des jeunes d’Abobo et des anciens rebelles installés dans le quartier. D’ailleurs son mouvement s’appelle à la base Forces de défense et de sécurité impartiales et non pas 'commando invisible'."

Lire aussi le dossier de France 24 : Côte d'Ivoire, à l'heure de la réconciliation.

"Personne ne comprend ce que veut IB"

Phillipe H. habite dans le quartier de PK18 à quelques dizaines de mètres du QG des troupes d’IB. Il est terré chez lui depuis ce matin avec sa famille. Au cours de l’interview plusieurs tirs ont retenti à côté de son domicile.

 

Ça tire par intermittence depuis ce matin. Mais sincèrement, c’est très difficile de comprendre pourquoi ceux qui étaient alliés il y a quelques jours sont désormais ennemis.

 

IB a débarqué à Abobo pour s’allier aux jeunes du quartier contre Laurent Gbagbo. Pourtant, le jour de la chute de l’ancien président, ses hommes se sont mis à élever des barrages aux points d’accès du quartier. Ici tout le monde est pro-Ouattara. C’est inexplicable. Et ce matin, avant l’assaut, les hommes d’IB étaient armés de Kalachnikovs, alors qu’on leur avait demandé de déposer les armes.

 

Les négociations qui ont lieu depuis quelques jours entre le Commando invisible et Guillaume Soro n’aboutissent à rien. [IB ne s’est pas présenté à plusieurs rencontres de négociations auxquelles il était attendu ]. On sent qu’IB veut quelque chose mais il n’a jamais fait de déclaration pour expliciter ses ambitions. Il a, à plusieurs reprises, envoyé son porte-parole aux rendez-vous officiels. Avant-hier, ce dernier a insisté sur le fait qu’IB avait joué un rôle important dans les deux coups d’État menés par la rébellion en 1999 et 2002. Je crois qu’il essaye d’avoir un poste important cette fois-ci car il a toujours été le grand perdant dans l’histoire politique ivoirienne. C’est Guillaume Soro qui a sorti son épingle du jeu depuis la rébellion de 2002 et ça il ne le digère pas. "