LIBYE

Les habitants de Benghazi hésitent entre l'espoir et l'inquiétude

 Benghazi, 2e ville de Libye et bastion des opposants au régime de Mouammar Kadhafi, compte environ 650 000 habitants. Les forces restées loyales au Guide libyen poursuivent leur offensive dans l'est du pays. Elles ne se trouveraient plus qu’à 200 km environ de la "ville frondeuse".

Publicité

Manifestations d'aujourd'hui à Benghazi. Capture d'écran d'une vidéo publiée sur la page Twitter de BaghdadBrian.

 

Benghazi, 2e ville de Libye et bastion des opposants au régime de Mouammar Kadhafi, compte environ 650 000 habitants. Les forces restées loyales au Guide libyen poursuivent leur offensive dans l'est du pays. Elles ne se trouveraient plus qu’à 200 km environ de la "ville frondeuse".

 

À la suite du meurtre d’un journaliste d’Al-Jazira samedi dernier, la plupart des journalistes étrangers présents jusqu'alors à Benghazi ont quitté la ville tenue par les rebelles depuis le début de l’insurrection. L’un de nos Observateurs nous décrit l’atmosphère dans la cité.

Billet écrit avec la collaboration de Mahamadou Sawaneh, journaliste à FRANCE 24.

"Nous avons peu de moyens, mais beaucoup de foi !"

Ala Abo Thamaniya est électricien, il est âgé de 31 ans et habite Benghazi. Il est membre du Mouvement des jeunes Libyens qui participe à l’insurrection.

 

La situation à Benghazi est stable, la vie a repris son cours. Il n’y a pas de pénurie. Nous sommes approvisionnés par la frontière égyptienne et par voie maritime. Contrairement au début de la révolte, nous ne manquons ni de gaz, ni de pétrole. Nous nous organisons chaque jour au sein des comités afin de partager les tâches entre les volontaires : organisation de la ville, nettoyage des rues, rénovation des bâtiments publics, etc.

 

Dimanche, les révolutionnaires ont capturé des dizaines de combattants pro-Kadhafi dans la ville de Brega. Ils ont été pris en embuscade. La nouvelle est parvenue très rapidement à Benghazi, suscitant beaucoup d’espoir dans la population, de plus en plus inquiète face à la progression des troupes de Kadhafi. Mais dans la nuit de dimanche à lundi, des avions de combat ont bombardé la ville de Brega pour se venger, sans faire de dégâts majeurs.

 

 Dégâts causés sur un immeuble de la ville de Brega après les bombardements de la nuit de dimanche à lundi. Vidéo postée sur la page Facebook appelant à la révolution libyenne.

 

D’anciens généraux sont revenus au pays pour nous aider. Les jeunes sont enthousiastes et beaucoup ont rejoint les camps militaires pour s’y entraîner. D’autres sont directement partis au front pour renforcer les troupes. Nos moyens sont limités, mais nous sommes soutenus par notre foi.

 

Nous espérons que la communauté internationale va imposer une interdiction de survol du territoire libyen. Si cela se produit, les jours de Kadhafi seront comptés car le peuple libyen se dirigera vers Tripoli et atteindra la porte d’Al-Aziza [zone où Kadhafi et ses proches sont réfugiés, NDLR].

 

Sans l’aide internationale, nous combattrons avec les moyens du bord, mais il y aura plus de martyrs et plus de sang."