CÔTE D'IVOIRE

Des domiciles de soldats de l'Onuci pillés à Daloa

Publicité

L'Onuci, l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire, confirme que les domiciles d'une vingtaine de ses employés ont été pillés la semaine dernière à Daloa, une ville au centre du pays.

 

D'après plusieurs de nos Observateurs, la tension est montée d'un cran entre les partisans de Gbagbo et les forces onusiennes après la déclaration du leader des Jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, qui exhortait ses troupes à bloquer la circulation des véhicules de l'Onuci. Des barrages avaient donc été montés à Daloa pour empêcher les patrouilles onusiennes de quitter le quartier de Kennedy 2 où se trouve leur base. Les camions de l'Onuci ont tenté de forcer ces barrages, déclenchant des altercations. Dans un communiqué lu vendredi soir à la télévision publique, le porte-parole des forces armées fidèles à Laurent Gbagbo a accusé l’Onuci d’avoir tué un policier lors de ces affrontements, ce que les responsables de la force internationale réfutent catégoriquement. C'est en représailles que des partisans de Laurent Gbagbo ont investi les domiciles d'une vingtaine d'employés de l'Onuci dans les quartiers Soleil, Piscine et Evêché.

 

Nos Observateurs à Daloa rapportent que la tension est à son comble depuis ces incidents et que l'activité de la ville tourne au ralenti. Un couvre-feu a même été décrété par le préfet de la région depuis le jeudi 3 mars (de 21 heures à 10 heures) ; il devrait être maintenu ce week-end. D'après l'un de nos Observateurs, la tension est également accrue par des rumeurs selon lesquelles des soldats des Forces nouvelles - groupe armé qui soutient Alassane Ouattara - seraient postés dans un village à quelques kilomètres de Daloa.

 

Nous ne sommes pas parvenus à récupérer d'images en provenance de Daloa. Si vous en avez, envoyez-les à observers@france24.com