BOLIVIE - CHILI

Une vidéo belliqueuse ravive les tensions historiques entre la Bolivie et le Chili

 Cette vidéo, postée sur le site de l'armée bolivienne à la fin de l'année dernière, n'a pas du tout plu aux Chiliens.  Et pour cause, elle vante la force et la puissance de l'armée bolivienne avant de se terminer par cette formule provocatrice : "Los estamos esperando, Chilenos..." ("Nous vous attendons, les Chiliens !")

Publicité

Capture d'écran à la fin de la vidéo. On peut y lire "Nous vous attendons les Chiliens !"

 

Cette vidéo, postée sur le site de l'armée bolivienne à la fin de l'année dernière, n'a pas du tout plu aux Chiliens. Et pour cause, car elle vante la force et la puissance de l'armée bolivienne avant de se terminer par cette formule provocatrice : "Los estamos esperando, Chilenos..." ("Nous vous attendons les Chiliens !")

 

La vidéo de 9 minutes fait plusieurs allusions à peine voilées à la guerre du Pacifique (1879-1883) au cours de laquelle le Chili a annexé une vaste étendue de terres côtières du Pérou et de la Bolivie. "Nous ne laisserons plus jamais le territoire souverain de la Bolivie être violé !" tonne une voix-off masculine pleine de testostérones sur des images de chars tirant des missiles. L'accès à la mer a toujours été un enjeu majeur pour la Bolivie depuis la guerre et  ce pays, bien que dépourvu de littoral, conserve aujourd'hui encore une marine active.

 

Ce clip provocateur a été repris massivement par les médias chiliens et boliviens le 16 décembre, la veille de la rencontre entre le président bolivien Evo Morales et son homologue chilien Sebastian Piñera. Une polémique qui contrastait avec la parfaite entente affichée par les deux chefs d'État lors de cette rencontre. Ces derniers ont d'ailleurs annoncé la création d'une commission mixte spéciale pour améliorer les relations entre leurs deux pays.

 

Le Chili a toutefois demandé des explications concernant cette vidéo et les responsables boliviens ont dû se contorsionner pour la condamner sans pour autant critiquer leur armée. Jaime Ravinet, le ministre de la Défense, a ainsi fait une déclaration en demi-teinte : "Je pense que c'est une bonne vidéo, qui décrit le potentiel de l'armée bolivienne, mais son message final est inexplicable et offensant." Sous la pression, l'armée bolivienne l'a retirée de son site web.

 

 

Cette vidéo était visible sur le site Internet de l'armée bolivienne en décembre 2010. Le commentaire en espagnol vante les qualités de l'armée nationale prête "à défendre le territoire national de toute agression extérieure". Un message qui s'adresse ouvertement au Chili dans les dernières secondes du clip.

Billet écrit en collaboration avec Lorena Galliot, journaliste à France 24.

"Qu'est-il arrivé à l'Amérique du Sud unie rêvée par Simon Bolivar ?"

Jose Henrique vient de Santiago, au Chili. Il vit en France.

 

La haine entre les Chiliens et les Boliviens est basée sur une incompréhension mutuelle et un patriotisme exacerbé. Elle est transmise aux enfants dès leur plus jeune âge. Ma cousine a enseigné en Bolivie et elle m'a dit que les jeunes enfants apprennent à l'école l'hymne national dont un passage assure que 'la [Bolivie] va récupérer [son] accès à la mer avant la fin d'un siècle'. C'est comme ça qu'on créé des antagonismes.

 

Même ici en France, les Péruviens et les Boliviens que je connais font en permanence des réflexions sur "ces voleurs de Chiliens".

  

Je pense que la situation sur le continent est une véritable honte. Les pays européens se sont entretués lors de deux guerres mondiales et des décennies d'animosité, mais ils sont maintenant unis et vivent en paix, dans une zone de libre-échange où la plupart des frontières sont abolies. Alors qu'en Amérique du Sud, les pays continuent à se déchirer. Qu'est-il arrivé au rêve de Simon Bolivar [le général vénézuélien qui a mené la lutte pour l'indépendance contre les Espagnols] d'une Amérique unie? "

"L'armée prétend que la vidéo a été détournée"

Gonzalhino est blogueur à Santa Cruz, en Bolivie. Il a publié la vidéo sur son blog Web On

 

La controverse a diminué maintenant, mais en décembre, la polémique était vraiment vive. L'armée a dû publier une déclaration pour s'excuser. Ils ont expliqué que la vidéo avait été modifiée par rapport à son format d'origine, produit en 2006 et  "qui ne mentionnait en aucune façon l'État chilien". Ils prétendent que les messages agressifs ont été ajoutés par la suite par un mysterieux Brésilien. Ils disent, en outre, que la vidéo modifiée a par erreur été mise en ligne lors du lancement du nouveau site de l'armée en décembre 2010.

 

"125 années se sont écoulées depuis la guerre, mais les ressentiments des deux côtés de la frontière n'ont pas diminué"

 

L'armée dit avoir ordonné une enquête pour identifier l'auteur de la modification de la vidéo. Mais jusqu'à présent, personne n'a été inquiété. Il semble que les gouvernements des deux pays préférent enterrer discretement l'affaire. Pourtant, il est évident que cette vidéo reflète les sentiments de la majorité de la population bolivienne. Car ici, il est impossible d'évoquer le Chili dans une conversation sans revenir au thème de la terre annexée et de notre accès à la mer. C'est une question très, très délicate. 125 années se sont écoulées depuis la guerre, mais les ressentiments des deux côtés de la frontière n'ont pas diminué.

 

Bien qu'il y ait eu certains progrès dans nos relations depuis l'élection d'Evo Morales, qui a notamment voulu renouer avec le voisin ennemi en rédigeant un agenda commun de 13 points en 2006 avec la présidente Michelle Bachelet, l'espoir de rétablir des relations diplomatiques à court terme semble mince. Le ressentiment reste tel en Bolivie que nous refusons d'exporter notre gaz naturel vers le Chili, alors que cela va à l'encontre de nos intérêts économiques.”

 

 

Capture d'écran à 7 minutes 38 secondes : l'ajout du texte est une référence explicite à la revendication bolivienne d'avoir un accès au littoral.