ÉTATS-UNIS

Le "Viagra tibétain" vendu à prix d’or

A croire que certains sont prêts à tout pour doper leur vie sexuelle. Car quelques pincées de cette larve séchée venue du Tibet se vendent aujourd’hui des centaines d’euros en Chine ou aux Etats-Unis.

Publicité

Photo de Shae Frydenlund.

 

A croire que certains sont prêts à tout pour doper leur vie sexuelle. Car quelques pincées de cette larve séchée venue du Tibet se vendent aujourd’hui des centaines d’euros en Chine ou aux Etats-Unis.

 

Le “Viagra tibétain” se forme lorsqu’un champignon, cordyceps sinensis, colonise, jusqu’à le tuer, un certain type de larve vivant sur les plateaux du Tibet. Le germe ainsi produit, le Yarsagumba (qui signifie "ver d'hiver, plante d'été" en tibétain, NDLR), est collecté au printemps. Trente grammes de cette pousse miracle se vendent près de 600 euros aux Etats-Unis et à peine moins cher en Chine. La récolte de Yarsagumba est devenu l’unique moyen de subsistance pour des milliers de nomades tibétains qui ont été sédentarisés par Pékin dans les provinces chinoises du Litang, du Sichuan et du Naqu.

 

Le “Vigra tibétain” peut être bu en infusion ou absorbé en poudre. Consommé chaque matin au petit-déjeuner, il aurait le pouvoir de revigorer la vie sexuelle.

 

Cuillette de Yarsagumba dans la région Dolpa, au Tibet. Video postée sur Youtube par tekraj1 en juin 2008.

Billet réalisé en collaboration avec Lorena Galliot, journaliste à France 24.

"Le Yarsagumba n’est pas un Viagra naturel et il ne devrait pas être vendu comme tel"

Thomas Yeung est propriétaire de Kamwo Herb&Tea, une herboristerie de New-York

 

Le Yarsagumba, ou Chongca en chinois, est utilisé dans la médecine chinoise depuis très longtemps. Il s’est répandu en Occident au travers de la diaspora chinoise. A New-York par exemple, il s’est toujours vendu à Chinatown.

Traditionnellement, il est utilisé pour soigner l’asthme chronique ou les problèmes de reins. Parce que les reins ont un rôle au niveau de la reproduction, il est aussi utilisé pour soigner l’impuissance.

“Les promesses affichées par certains commerçants concernant ce produit sont de l’ordre du folklore ou du marketing”

 

Mais très honnêtement, les promesses affichées par certains commerçants concernant ce produit sont de l’ordre du folklore ou du marketing. Le Yarsagumba n’est pas un Viagra naturel et il ne devrait pas être vendu comme tel. Il a des effets, mais comme beaucoup de produits de la médecine traditionnelle chinoise, ses bienfaits sont survendus par des gens peu scrupuleux.

 

Durant cette dernière décennie, les prix du Yarsagumba se sont envolés. Mon père, et son père avant lui, étaient déjà herboristes. Et dans mon enfance, je me rappelle que ce médicament était vendu 7 euros les 30 grammes, ce qui n’était déjà pas donné.

 

“Je suggère plutôt d’autres plantes qui ont les même propriétés mais sans être aussi chères

 

 

C’est juste un problème d’offre et de demande. La larve qui donne le Yarsagumba ne peut pas être cultivée de manière industrielle. Et puis comme les Chinois ont vu leur pouvoir d’achat augmenter ces dernières années, cela a fait augmenter le prix de ce produit dont ils sont friands. En plus, dans les années 1990, plusieurs athlètes chinois ont affirmé que le Yarsagumba avait amélioré leurs performances sportives, ce qui a encore accru sa popularité.

Personnellement, je trouve que le prix de ce produit est disproportionné. Alors si des clients m’en demandent, je leurs suggère plutôt d’autres plantes qui ont les même propriétés, mais sans être aussi chères."

 

Un Yarsagumba séché. La pousse du champignon sort de la tête de la larve. Photo: Nicole Périat (www.iconico.net).

 

Des vendeurs de Yarsagumba dans une ville tibétaine. Photo postée sur Flickr par Rachel Steinfeld.

 

 

Photo postée sur Flickr par shekharkbhattarai.