CHINE

Une arrestation digne d’un film de Charlie Chaplin

 Cette vidéo a fait le tour du Net chinois. On comprend pourquoi, tant cette arrestation est rocambolesque.  

Publicité

 

Cette vidéo a fait le tour du Net chinois. On comprend pourquoi, tant cette arrestation est rocambolesque.

Ces images ont été filmées devant un centre hospitalier de la ville de Hechi, située dans le nord de la province de Guangxi, au sud-ouest de la Chine. La vidéo, postée sur Youku pour la première fois en avril 2009, a été vue près de 3,5 millions de fois et n’en finit plus d’être repostée sur le Net.

Contactée par FRANCE 24, la police de Guangxi n’a pas souhaité donner d'informations sur le sort du forcené et la cause de son arrestation.

 

Billet rédigé avec la collaboration de Ségolène Malterre, journaliste à France 24.

"Les policiers de base sont souvent moqués lorsqu’ils sortent leur arme, car ils n’y sont pas habitués et peuvent être très maladroits"

Li Moral est media-planner à Pékin. Il décrypte cette vidéo.

D’après les commentaires que l’on entend au début de la vidéo, la personne qui filme allait descendre de son taxi quand elle est tombée sur cette scène et a sorti son téléphone portable.

Les six hommes en uniforme munis de longs bâtons sont des "xiejing" ("assistants de police"). Ils font partie de la police, mais ne sont pas autorisés à porter d’armes à feu. Ils se contentent d’assister les policiers lors des interpellations. Pendant cette intervention, seul l’homme en uniforme bleu a le droit d’utiliser son arme.

Au début, on voit que les hommes essayent d’encercler le forcené. Puis ce dernier est frappé par l'un des xiejing et, fou de rage, se jette sur le policier. Ce dernier perd très vite son calme et tire à cinq reprises, sans jamais toucher l’agresseur. La confusion est telle qu’il est difficile de dire s’il s’agit de tirs de sommation ou s’il rate vraiment sa cible.

En Chine, les policiers ont le droit d’utiliser leur arme dans 15 cas précis qui sont énoncés dans l’"ordonnance de la police populaire concernant l’utilisation des armes et des équipements", par exemple en cas de détournement d’un avion, d’attentat à la bombe, de prise d’otages… . Bien sûr, l’agression d’un policier fait partie de cette liste et l’agent était dans son bon droit. Mais de toute façon, le texte qui définit ces 15 cas est tellement long et précis que franchement, si j’étais policier, je ne vois pas comment je pourrais m’y référer en cas de danger.

En général, ce type d’intervention contre un forcené armé est effectué par une police spéciale, appelée "wujing" ("police armée"). Ils sont entraînés, équipés de mitrailleuses, de boucliers, de gilets pare-balles et savent intervenir dans ce genre de situation. Cette vidéo a beaucoup fait rire les Chinois car ici, ce n’est clairement pas le cas. Les  policiers de base sont d’ailleurs souvent moqués lorsqu’ils sortent leur arme, car ils n’y sont pas habitués et peuvent être très maladroits. "