CÔTE D'IVOIRE

Partir ou rester ? Deux Français d'Abidjan expliquent leur choix

 Paris appelle ses ressortissants à quitter le territoire ivoirien le temps que la crise post-électorale se "normalise". Nos Observateurs, deux Français qui vivent à Abidjan, ne perçoivent pas de la même façon la "prudence" recommandée par le Quai d’Orsay.  

Publicité

Aéroport Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan. Photo postée par Abdallahh sur Flickr.

 

Paris appelle ses ressortissants à quitter le territoire ivoirien le temps que la crise post-électorale se "normalise". Nos Observateurs, deux Français qui vivent à Abidjan, ne perçoivent pas de la même façon la "prudence" recommandée par le Quai d’Orsay. Tous deux vivent dans le quartier résidentiel de Cocody. 

 

"Ce genre d’annonce du Quai d’Orsay alimente une psychose qui n’a pas lieu d’être"

Jousserand est résident à Abidjan.

 

Je ne suis absolument pas inquiet. La plupart des Français sont angoissés à cause des événements de 2004, même ceux qui ne les ont pas vécus. Je le comprends tout à fait, mais il faut aussi savoir analyser la situation socio-politique et faire preuve d'un minimum de raisonnement.

 

Faire le choix de vivre et de travailler en Côte d’Ivoire comporte des risques, c’est accepter d’entendre des Ivoiriens crier "Sarkozy dehors". Sinon, effectivement il faut rentrer ! Ce genre d’annonce du Quai d’Orsay alimente une psychose qui n’a pas lieu d’être. Les regards sont peut-être plus menaçants dans certains quartiers populaires mais, en règle générale, nous ne rencontrons pas de problème. Partir serait synonyme d'abandon et ne contribuerait absolument pas à maintenir le moral de la population qui a cru à la démocratie et qui garde espoir.

 

Ma famille qui se trouve en France m’a demandé de rentrer. Moi, je voudrais savoir comment, puisque les aéroports d’Orly et de Roissy Charles-de-Gaulle sont fermés à cause de la neige ! Plus sérieusement, si la situation dégénère vraiment à Abidjan, j'immigrerai vers la Riviera, un quartier entièrement résidentiel encore plus calme que là où je suis."

"J’ai tout organisé pour pouvoir quitter ma maison en moins de deux heures"

Pierre Civ réside à Abidjan.

 

Mes valises sont prêtes depuis le lendemain du second tour. J’ai tout organisé pour pouvoir quitter ma maison en moins de deux heures. J’avais imaginé le pire, et mes prévisions se sont révélées justes. Je dois prendre une décision rapidement et il se peut que ma famille et moi partions dans quelques heures.

 

Je n’ai jamais connu la moindre défiance de la part des gens, ici. Même ces derniers jours, jamais un Ivoirien n'a été menaçant à mon égard. Mais je ne veux pas prendre de risque, et je préfère rentrer en France. Comme me l’a dit un ami ivoirien, ma maison n’est pas à l’abri d’une balle perdue.

 

La semaine dernière, le consulat français recommandait de prendre des précautions ordinaires. Mais depuis l’annonce du Quai d’Orsay, je ne veux pas nous exposer plus longtemps ma famille et moi."