EGYPTE

Des électeurs égyptiens se révoltent contre les fraudes

 La tension est forte en Egypte depuis la tenue, dimanche 28 novembre, du premier tour des élections législatives. Nous avons publié, lundi, une vidéo montrant, selon l’opposition, des fraudes généralisées pendant le scrutin. Il semble que certains électeurs en ont eu assez, au point d’avoir mis à sac un bureau de vote.

Publicité

Citoyens arborant les bulletins de vote. Capture d'écran d'une vidéo publiée sur YouTube par ikhwankfrelshikh.

 

La tension est forte en Egypte depuis la tenue, dimanche 28 novembre, du premier tour des élections législatives. Nous avons publié, lundi, une vidéo montrant, selon l’opposition, des fraudes généralisées pendant le scrutin. Il semble que certains électeurs en ont eu assez, au point d’avoir mis à sac un bureau de vote.

 

Les vidéos amateurs censées montrer des irrégularités commises pendant l’élection pullulent sur le Net égyptien. L’opposition a, par ailleurs, organisé des manifestations dans plusieurs villes du pays pour dénoncer les fraudes. La colère populaire s’était déjà exprimée le jour du scrutin, comme le montre cette attaque en règle d’un bureau de vote.

 

vidéo publiée sur YouTube par ikhwankfrelshikh.

 

La scène se passe à l’école primaire "Oum Echou’our" de la ville d’El Hamoul, dans la province de "Kafr El Sheikh" (nord de l’Egypte). La personne qui filme suit un groupe de citoyens en colère qui pénètre dans le bureau de vote malgré les appels au calme des fonctionnaires qui supervisent l’élection. Ils montent ainsi à l’étage où, salle après salle, ils prennent les urnes pour les jeter par-dessus la balustrade.

 

Les manifestants ramassent ensuite les bulletins de vote et les montrent à la caméra (2’10). Sur toutes les feuilles, c’est le parti au pouvoir (le "Parti national démocratique") , reconnaissable à son croissant de lune, qui est coché. Les bulletins réunis ensuite en petits tas sont brûlés sous le regard des manifestants, tandis qu’une voix de femme hors champ crie "Mettez-y le feu !" (3’28). Les citoyens en colère quittent enfin les lieux en courant, avant l’intervention des forces de l’ordre.