IRAN

Vidéo : les policiers auraient-ils pu sauver cet homme ?

 Cette vidéo d’un homme agonisant sur le pavé de Téhéran, alors qu’il vient d’être poignardé, bouleverse les Iraniens. Et les internautes s’interrogent sur l’apparente passivité des policiers présents sur les lieux du crime.

Publicité

Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.

 

Cette vidéo d’un homme agonisant sur le pavé de Téhéran, alors qu’il vient d’être poignardé, bouleverse les Iraniens. Et les internautes s’interrogent sur l’apparente passivité des policiers présents sur les lieux du crime.

 

 ATTENTION : CETTE VIDEO PEUT CHOQUER.

Video postée sur YouTube par sina440.

 

L’homme à terre s’appelle Mohammed R.. Son meurtrier présumé, Yaghoob Ali, est l’ancien prétendant de sa fiancée. La scène se passe le 28 octobre à Saadad Abad, un quartier à l’ouest de la capitale. Ce qui a le plus choqué les Iraniens est moins le crime passionnel, vieux comme le monde, que les 45 longues minutes qui ont suivi. Car Mohammed R. se vide de son sang, jusqu’à en mourir, au coin d’une rue bondée et sous le regard en apparence impassible des passants et de deux policiers.

“Personne ne comprend comment on a pu laisser mourir cet homme blessé”

Alireza est un ancien journaliste. Il vit à Téhéran.

 

Selon les médias locaux, les deux hommes, qui ont tous deux une vingtaine d’années, se querellaient au sujet d’une jeune fille qu’ils voulaient épouser. Yaghoob Ali venait de finir de purger trois ans en prison. À sa sortie, il a découvert que sa fiancée s’était engagée avec un autre homme, Mohammed R., pendant sa détention. Hors de lui, Ali aurait demandé à Reza de le rejoindre au coin de la rue Kaj Squ [où se déroule la scène]. De nombreux témoins ont raconté à la presse que les deux hommes ont commencé à se crier dessus, puis que Yaghoob Ali a sorti un couteau et poignardé Reza au ventre.

 

Yaghoob Ali a menacé de se suicider si quiconque essayait de lui venir en aide

 

Mais le plus choquant, c’est la suite. De nombreux témoins ont assisté à la scène, y compris deux policiers. Toujours selon les médias iraniens, lorsque Reza R. s’est écroulé, poignardé, Yaghoob Ali a menacé de se suicider si quiconque essayait de venir secourir le blessé. Moi, je n’arrive pas à croire que les gens l’aient écouté ! Pendant 45 minutes, un homme a agonisé dans son sang au milieu d’une rue pendant que son meurtrier était à la portée de deux policiers et il ne s’est rien passé !

 

La police a fini par appeler des renforts. Mais ils auraient mis plus de 30 minutes à arriver sur la scène du crime. Une fois sur place, ils ont finalement maîtrisé le meurtrier. Et ce n’est qu’à ce moment qu’une ambulance est arrivée pour amener sa victime à l'hôpital, mais il était trop tard pour le sauver. Yaghoob Ali est à présent détenu à la prison d'Evin, où il attend son procès.

  

Le pays sous le choc

  

Tout le pays est sous le choc après ce meurtre. Personne ne comprend pourquoi personne n’ait intervenu. Et le sentiment général est que ce meurtre dans l’indifférence est particulièrement symptomatique de l’augmentation de l’insécurité dans le pays, notamment à Téhéran. Pour ce qui est de l’attitude des policiers, pour ma part, j’ai le sentiment qu’elle est peut-être liée à la  répression qui a suivi l’élection présidentielle. Après tant de brutalité, peut-être hésitent-ils davantage à recourir à la force?

 

L’attitude des policiers a en tout cas été très critiquée, dans certains journaux et sur Internet. Le Parlement iranien et la Commission de la sécurité nationale se sont joints pour lancer une enquête sur la question. Et pour apaiser la polémique, la police de Téhéran a annoncé la suspension des deux agents présents sur les lieux. Mais les médias d'Etat officiels ont tenté de minimiser ou d'ignorer la question, car cet incident les gêne. "