CÔTE D’IVOIRE

Pas de pitié pour les affiches électorales

Les premières affiches de campagne ont à peine été placardées sur les murs d’Abidjan que certaines ont déjà été vandalisées. Une attitude qui indigne notre Observatrice.

Publicité

Les premières affiches de campagne ont à peine été placardées sur les murs d’Abidjan que certaines ont déjà été vandalisées.

La campagne présidentielle a commencé le 15 octobre en Côte d'Ivoire, avec son lot de rassemblements de militants et de placardages d’affiches. Le Conseil constitutionnel ivoirien a retenu 14 candidats, parmi lesquels Laurent Gbagbo, le chef de l'État sortant au pouvoir depuis 10 ans, l'ex-président Henri Konan Bédié et l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara. Les Ivoiriens sont attendus dans les bureaux de vote le dimanche 31 octobre.

Vous souhaitez vous aussi devenir Observateur de FRANCE 24 et suivre l'élection en Côte d’Ivoire ? Inscrivez-vous sur notre site et proposez-nous un reportage, avec vos photos ou vos vidéos.

 

Billet rédigé avec la collaboration de Ségolène Malterre, journaliste à France 24.

"C’est irrespectueux envers les personnes qui n’ont que ces affiches pour s’informer sur les projets de société des candidats"

Gertrude Ake est l'une de nos Observatrices à Abidjan. Elle nous a envoyé ces photos.

Après toutes ces années d’incertitude politique, la Côte d’Ivoire s’apprête enfin à sortir la tête de l’eau. Mais la sortie de crise passe impérativement par l’organisation d’élections justes, transparentes et équitables. Et dans cette course effrénée pour le pouvoir, la campagne électorale est un moment décisif car elle permet à chacun des 14 candidats de faire connaître son projet de société.

Pourtant, quatre jours seulement après l’ouverture de la campagne, de nombreuses affiches politiques ont été déchirées par des militants de camps adverses. Il semblerait que l’objectif soit d’empêcher les électeurs de reconnaître les emblèmes des partis, [sur les bulletins de vote, les candidats sont représentés par le symbole de leur parti pour les analphabètes] mais aussi de faire en sorte que la photo du candidat de leur choix inonde la place publique.

Cela fait partie du jeu politique, certes, mais c’est une attitude anti-démocratique. C’est une façon artificielle d’attirer l’attention des électeurs et c’est irrespectueux envers les personnes qui n’ont pas de télévision et de radio et qui ont besoin de ces affiches pour s’informer sur les projets de société des candidats. Les photos et les slogans en disent souvent beaucoup."