MONDE

Trop laid pour être préservé ?

Tout le monde sait que le panda géant est en voie d'extinction et doit être protégé. Mais saviez-vous que le crapaud du Surinam ou la moule blanche de Wartyback pourraient eux aussi disparaître ? Personne ne s'y intéresse parce qu'un crapaud, ou une moule, ce n'est pas photogénique.

Publicité

Crapaud du Surinam ou Pipa. Photos postée sur flickr par Heosemys.

Tout le monde sait que le panda géant est en voie d'extinction et doit être protégé. Mais saviez-vous que le crapaud du Surinam ou la moule blanche de Wartyback pourraient eux aussi disparaître ? Personne ne s'y intéresse parce qu'un crapaud, ou une moule, ce n'est pas photogénique.

Selon une étude publiée par des chercheurs de l'université de Pretoria dans le journal "Conservation Biology" en mai 2010 "un petit nombre d'espèces animales fait l'objet d'une attention scientifique importante alors que pour de nombreuses autres espèces, les informations qui pourraient contribuer à leur préservation sont quasiment inexistantes".

L'étude sud-africaine, basée sur des données publiées entre 1994 et 2008 portant sur près de 2 000 animaux, démontre que les animaux les mieux étudiés et préservés sont aussi ceux qui sont les plus "agréables" à regarder, comme le suricate, le chimpanzé ou le léopard. Il existe bien sûr d'autres critères qui poussent à l'étude d'une espèce, comme la complexité de sa vie sociale, sa taille, ou sa proximité génétique avec l'être humain. Mais il apparaît que notre focalisation sur certains animaux n'est pas le reflet fidèle de leur importance dans l'écosystème.

Un babiroussa ou cochon-cerf. Photos posté ici.

Billet réalisé avec la collaboration de Ségolène Malterre, journaliste à France24.

Tour d'horizon des animaux trop laids pour être étudiés

Photos de Nathan Yaussy postées sur son blog Endangered Ugly Things

 Axolotl.

Un lézard perlé du Mexique.

Tortue à cou de serpent de l'île de Rote (Indonésie)

Sistrurus catenatus ou Massasauga.

Le silverswords hawaïen (épées d'argent).

Le vautour moine.

L'ibis chauve.

"Mais où sont les t-shirts ‘Sauvez les moules blanches' ?"

Nathan Yaussy est étudiant à l'université de Kent dans l'Ohio. Il travaille aussi comme jardinier dans les parcs d'états et les forêts nationales, et a lancé le blog "Endangered Ugly Things" (Les bestioles moches en voie de disparition).

L'idée m'est venue alors que j'écrivais un essai pour l'université sur les carcasses de serpents retrouvées sur les routes. En tombant sur la liste des espèces en voie de disparition de l'Ohio, j'ai découvert qu'une espèce de moucherons était citée. Les moucherons ! Cet insecte que personne ne remarque sauf pour le tuer avec une tapette à mouches. Mais il y avait  aussi des lamproies, des clams et des serpents. Tous sont en péril, comme l'ours brun dont les médias n'arrêtent pas de parler, et tous sont importants pour l'environnement. Mais où sont les t-shirts "Sauvez les moules blanches" ? Où sont les peluches de lamproies ?  Voila pourquoi est né notre blog, consacré à tout ce qui est rare et repoussant.

J'écris sur chaque plante, animal, champignon, peu apprécié du public. C'est dommage, mais on n'imagine pas les gens manifester pour sauver la moule de Wartyback. En écrivant sur ce blog, j'ai réalisé qu'il n'y avait pas beaucoup d'animaux que je ne trouvais pas beaux. Les gens n'aiment pas les serpents, les araignées, les vautours, mais je ne les vois pas différemment des autres espèces. C'est vrai qu'il y a des animaux vraiment étranges comme le babiroussa (cochon-cerf) poilu avec ses deux défenses biscornues qui lui sortent du groin. Et c'est vrai aussi que je ne peux pas voir la vidéo d'un pipa pipa (crapaud du Surinam) éclore du dos de sa mère, sans que ça me donne la chair de poule.

 À côté de tout ça, les pandas sont mignons, doux, sans défense. C'est pour ça que les organisations de préservation des animaux les utilisent, comme le WWF, parce que ça marche quand il s'agit de vendre des calendriers et des mugs pour défendre leur cause. Mais je me permettrais d'ajouter qu'ils ne sont pas toujours aussi gentils que ça, il suffit de voir l'histoire de Gu Gu le panda du zoo de Beijing. [Qui a attaqué à trois reprises des visiteurs qui s'étaient approchés trop près]."