Photo envoyée par notre Observatrice.

À Hébron, les commerçants de la vieille ville sont obligés de couvrir leurs échoppes avec des grillages pour se protéger des déchets lancés de leurs fenêtres par les colons israéliens.

En Cisjordanie, la ville d’Hébron est connue pour être le théâtre régulier d’incidents entre les quelque centaines de colons, soutenus par l’armée israélienne, et les habitants de la ville. Les commerçants de la vieille ville font notamment les frais de cet affrontement. En effet, les Israéliens qui ont des maisons donnant sur la rue n’hésitent pas à jeter leurs ordures sur les échoppes en contrebas.

Nous remercions notre Observatrice Maria Dore de nous avoir alertés sur le sujet.

"Les Palestiniens ont peur que leur ville devienne une ville fantôme"

Shrouq A.Morakten, ingénieure, est originaire d’Hébron. Elle réside à Ramallah, mais se rend régulièrement à Hébron où elle fait visiter la ville à des touristes ou à des amis étrangers.

La vieille ville d’Hébron ressemble à celle de Jérusalem ou de Naplouse, à une différence près : les colons israéliens y habitent en plein centre-ville. Et les maisons où ils logent donnent directement sur les rues du souk. Depuis leurs fenêtres, ils jettent leurs ordures et même toutes sortes d’objets volumineux, abîmant les marchandises et faisant peur aux passants. Les commerçants ont donc installé des grillages tout au long des rues sur lesquelles donnent leurs magasins pour ne plus être agressés. Cela n’a pas pour autant dissuadé les colons, qui sont protégés par l’armée, si bien qu’on trouve toujours des déchets sur les grillages qui couvrent les rues.

La même chose a eu lieu dans l’autre partie de la ville où se trouve le Tombeau des Patriarches. A force d’être agressés, les commerçants ont fini par fermer boutique et déserter cette partie de la vieille ville. Parce qu’ils craignent de subir le même sort, ceux du centre-ville ont profité du Ramadan pour lancer une campagne afin d'inciter les gens à fréquenter le souk, à venir y acheter des produits artisanaux typiques de la ville d’Hébron.

La situation va de mal en pis depuis la 2e Intifada, en 2000. Les Palestiniens ont peur que leur ville devienne une ville fantôme."

Toutes les photos nous ont été transmises par notre Observatrice.