Des drapeaux de toutes tailles sont en vente sur les marchés. Photo publiée par Syed Ysir Kazmi, le 10 août 2010.

À quelques jours de la fête nationale du 14 août, les préparatifs se poursuivent à travers le pays. Les Pakistanais souhaitent commémorer l’un des jours les plus importants de l’année, en dépit de l'annulation vendredi 13 août des manifestations officielles par le président Asif Ali Zardari.

Quatorze millions de Pakistanais sont affectés par les inondations sans précédent qui touchent le Pakistan, selon un bilan de l’ONU qui dénombre également 1 600 morts. L’ampleur des dégâts a déjà incité les Américains à promettre 55 millions de dollars d’aide d’urgence, tandis que l’ONU a lancé mercredi un appel de fonds de 460 millions de dollars.

Mais, dans les villes qui n’ont pas été directement touchées par les inondations, telles que Karachi, les préparatifs pour la commémoration de la fête nationale s'intensifient, comme nous le rapporte notre Observateur.

"Nous sommes habitués aux inondations, aux attentats, aux meurtres. Nous avons besoin d'une pause."

Syed Yasir Kazmi est photographe à ses heures et vit à Karachi. Il nous a livré son témoignage mercredi 11 août.

Ici, l’ambiance est à la fête dans les rues de la ville. Tout le monde se précipite sur les marchés locaux pour acheter des drapeaux, des casquettes, des affiches, des autocollants aux couleurs du pays. Les voitures, les motos, les vélos sont décorés aux couleurs du drapeau national, les gens portent des badges dans les rues. Les bâtiments officiels sont illuminés de vives couleurs, de larges drapeaux sont accrochés aux façades. Les étudiants ont peint des fresques avec des thèmes patriotiques et les visages des Pakistanais célèbres.

Cela fait déjà trois mois que l’on se prépare pour ce jour en organisant des concours. Il existe, par exemple, celui où il faut interpréter à sa manière des chants patriotiques que des célébrités ont déjà interprétés. Certains vont jusqu’à composer eux-mêmes un nouvel air.

Le 14 août, il y aura des manifestations officielles mais aussi des programmes spéciaux dans les écoles pendant trois à quatre heures, même si ce jour est férié.

Des petits drapeaux sont aussi en vente pour orner les maisons.Photo publiée par Syed Ysir Kazmi, le 10 août 2010.

Tous les moyens de déplacement doivent refléter la fierté nationale.Photo publiée par Syed Ysir Kazmi, le 10 août 2010. 

Les Pakistanais se promènent avec des drapeaux dans les rues. Photo publiée par Syed Ysir Kazmi, le 10 août 2010.

"Nous avons besoin d'une pause"

Nous tenons à célébrer notre fête nationale malgré les différentes catastrophes qui ont frappé le pays. Nous sommes habitués aux inondations, aux attentats, aux meurtres. Chaque Pakistanais a l’habitude de ces drames. Mais nous avons besoin d'une pause, nous ne voulons pas nous laisser abattre. Nous voulons aller de l’avant.

Pour tous les Pakistanais, le jour de l’indépendance est très important. Ce pays ne s’est pas créé en un jour. Le 14 août, c’est l’occasion de se rappeler de nos ancêtres qui se sont sacrifiés pour notre nation, de tous ces gens qui se sont battus pour les générations futures."

Les Pakistanais portent leurs pays aussi sur leur visage.Photo publié par Syed Ysir Kazmi, le 10 août 2010.

On peut lire sur ses objets vendus sur les marchés "J'aime le Pakistan". Photo publiée par Syed Ysir Kazmi, le 10 août 2010.