RUSSIE

"Le gouvernement dit que tout est sous contrôle, mais c’est faux"

 Depuis le début du mois d’août, les appels en direction des volontaires se multiplient afin de lutter contre les incendies qui ravagent le pays. Nos Observateurs racontent que les mesures mises en place sont insuffisantes.

Publicité

Capture d'écran de la vidéo postée le 30 juillet 2010 sur Youtube par Mr Limson.

Depuis le début du mois d’août, les appels en direction des volontaires se multiplient afin de lutter contre les incendies qui ravagent le pays. Nos Observateurs racontent que les mesures mises en place sont insuffisantes. 

Les jours passent et les feux de forêt en Russie ne semblent pas connaître de répit. Selon le dernier bilan officiel, plus de 190 000 hectares sont déjà partis en fumée alors que 52 personnes ont trouvé la mort.

Dans la capitale, les rues sont peu à peu désertées par les Moscovites qui suffoquent en raison d' épaisses fumées provoquées par les incendies, mais aussi d’une canicule qui fera date pour ses records de températures.

Beaucoup cherchent à fuir une ville dont les niveaux de dioxyde de carbone sont trois fois plus élevés que les seuils d’alerte. Les agences de voyages sont prises d’assaut par des Moscovites en quête d’air frais. Pour les moins fortunés d’entre eux, les autorités ont décidé d’aménager 123 centres antifumée dans des hôpitaux et des bâtiments publics.

Sur le front des incendies, le gouvernement a accepté l’aide de plusieurs pays européens, comme l'Italie, l'Ukraine, l'Arménie ou encore l'Azerbaïdjan qui ont affrété des canadairs. La France, de son côté, a envoyé lundi matin six pilotes et techniciens à bord d’un avion bombardier d'eau.

Mais devant la violence des incendies, le gouvernement russe ne pourra se contenter des listes de volontaires dressées en urgence selon notre Observateur, Alexei Ureivich.

"Ils n’ont même pas de ventilateurs ou de climatisation pour aider les gens"

Leonid Razvozhaev, est un militant d'une organisation de gauche. Il critique sur son blog les centres antifumée qui souffrent d’un manque de moyens.

Les autorités de Moscou ont déclaré que 123 centres d’aide ont été ouverts dans la capitale. L’un d’entre eux est situé près de chez moi. Pour échapper à la fumée, je suis donc allé voir comment il fonctionne.

Mais l’un des employés de ce centre m’a dit qu’ils n’ont même pas de ventilateurs ou de climatisation pour aider les gens, en particulier les plus pauvres.

La situation est en train d’empirer, car ils ont fait un reportage à la télévision où ils vantaient l’existence de ces centres. Beaucoup de personnes qui s’y sont rendus en désespoir de cause ont été profondément déçus. Ils ont découvert qu’ils avaient été une fois encore trompés."

"Nous travaillons toute la journée, mais pas la nuit car c’est trop dangereux"

Alexei Ureivich a 29 ans, il est architecte. Cela fait deux jours qu’il se bat contre le feu.

Il y a trois jours, j’ai décidé de fermer mon cabinet d’architecture pour combattre les feux de forêt. J’ai d’abord commencé à collecter de l’eau et de la nourriture. Avec un groupe de cinq autres jeunes volontaires, nous avons décidé de nous rendre à deux heures de Moscou, là où les premiers foyers se sont déclarés.

Cela fait aujourd’hui deux jours que nous avons rejoint un groupe de cinq pompiers dans la ville de Iegorievsk. En arrivant, nous avons découvert qu’il n'y avait qu’une seule voiture pour combattre le feu. Ils sont donc très lents dans les opérations de secours.

Nous essayons ensemble de stopper le feu dans la forêt avant qu’il ne s’approche des habitations. J’ai vu un village qui a été complètement brûlé, mais je ne sais pas si il y a des victimes. Nous travaillons toute la journée, mais pas la nuit, car c’est trop dangereux. C’est une véritable course contre la montre.

Les pompiers sont des gens très compétents mais il est clair que nous avons besoin de plus de gens. À l’heure actuelle, on ne peut pas arrêter complètement les feux. J’espère que nous recevrons de l’aide d’autres pays, car notre gouvernement n’a pas assez de camions citernes, de pompiers.

Dans la presse officielle, le gouvernement dit que tout va bien, tout est sous contrôle, mais c’est faux. Ils ne peuvent pas contrôler la situation. Nous avons besoin de l’aide de pompiers professionnels, pas de volontaires."

Cette vidéo amateur montre les moyens dérisoires pour lutter contre les flammes qui dévorent les forêts russes. Vidéo tournée dans la région de Riazan au sud-est de Moscou. Vidéo postée le 30 juillet 2010 sur Youtube par Mr Limson.