RUSSIE

Les Moscovites sont dans le brouillard

La Russie affronte la canicule depuis début juillet. Cette chaleur anormale et la sécheresse ont déclenché des feux de forêts et une nappe de fumée recouvre le ciel russe. Nos Observateurs à Moscou vivent dans la fumée et ils se sentent mal informés sur l'ampleur des dégâts.

Publicité

Moscou sous la fumée. Photo postée sur Flickr par areadriada le 2 août 2010.

La Russie affronte la canicule depuis début juillet. Cette chaleur anormale et la sécheresse ont déclenché des feux de forêts et une nappe de fumée recouvre le ciel russe. Nos Observateurs à Moscou vivent dans la fumée et ils se sentent mal informés sur l'ampleur des dégâts.

Selon le dernier bilan officiel, 48 personnes ont trouvé la mort dans les incendies. Ces feux de forêts ravagent des dizaines de milliers d'hectares dans la partie occidentale de la Russie. Dans le même temps, la pollution s’aggrave à Moscou. Les températures avoisinent actuellement les 40 ° C.

Lundi, le président Dmitri Medvedev a décrété l'état d'urgence dans sept régions durement touchées de l'ouest du pays. Il a aussi accepté l’aide internationale : l’Ukraine et le Kazakhstan envoient deux hélicoptères et deux Canadair.

"Il n’y a pas de chiffres précis concernant le nombre de morts, mais je ne pense pas que cela préoccupe vraiment les Russes"

Evgeniy Shmukler habite dans le quartier Gol’Yanovo, situé au nord-est de Moscou.

J’ai filmé plusieurs vidéos depuis ma fenêtre. La fumée n’est pas spécialement dérangeante si on est en bonne santé. La chaleur étouffante est par contre difficile à supporter : les Russes n’y sont pas habitués.

Les autorités ont l’air de bien gérer la situation, mais je ne sais que ce que nous disent les médias. Vladimir Poutine, le Premier ministre, est le plus exposé à l'étranger, mais ici on voit surtout Sergueï Shoïgou, le ministre des Situations d’urgence. Il me semble qu'il fait correctement son travail.

C'est vrai qu'il n’y a pas de chiffres précis concernant le nombre de morts à cause de la canicule, mais je ne pense pas que cela préoccupe vraiment les Russes. Ce n'est pas la France ici."

La fumée sur Moscou. Vidéo publiée par notre Observateur sous le pseudo Nobody1313131313 sur YouTube le 3 août 2010.

 

Une fumée encore plus épaisse le lendemain. Vidéo publiée par notre Observateur sous le pseudo Nobody1313131313 sur YouTube le 4 août 2010.

"Les indemnités ne seront peut-être pas suffisantes"

Andrei Hartly vit à Moscou.

A Moscou, il y a de la fumée et le matin on ne peut même pas voir le soleil. C’est étrange, mais sans odeur. 

Ces incendies constituent surtout un désastre pour les personnes qui ont perdu leur maison. Personne ne s’attendait à ça et n’y était préparé. On s’aperçoit que l'Etat ne dispose pas de moyens efficaces pour nous protéger du feu.

Le gouvernement a annoncé qu’il allait indemniser les victimes [le Premier ministre Vladimir Poutine a promis de verser 200 000 roubles (5 000 euros) à chaque famille dont la maison a été détruite ndlr], ce qui est un bon geste. Cependant, le prix des maisons est très variable. Pour certains, cette somme sera suffisante pour la reconstruction de leur maison, pour d’autres ce ne sera pas assez. C'est de cela que l'on parle en ce moment ici.

Maintenant, ce que tout le monde espère, c’est qu’il pleuve : c’est la seule chose qui puisse aider."

Fumée due aux feux de forêt à Moscou. Photo publiée par mitya sur Flickr le 3 août 2010...

...et la vue telle qu'elle est habituellement. Photo postée sur Flickr par mitya le 18 décembre 2006.